• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572088
  • Ferdinand Ries

    Concertos pour piano (Volume 4)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572088 0747313208876 - 1 CD 71:26 - DDD - Enregistré les 2 et 3 juin 2008 au Concert Hall de Lighthouse, Poole, en Grande-Bretagne - Notes en anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 28 octobre 2010
Date parution numérique : 5 octobre 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Ferdinand Ries (1784–1838)

Concerto pastoral en ré majeur, op. 120
Concerto pour piano & orchestre en ut mineur, op. 115
Introduction et Rondeau Brillant, WoO54

Christopher Hinterhuber, piano
Orchestre Symphonique de Bournemouth
Direction Uwe Grodd

ranchement, Ferdinand Ries n’a pas eu de chance : vivre à la même époque que Beethoven, être son élève, son confident et ami, puis son premier biographe, tout cela lui a valu qu’on a complètement oublié de vérifier quel genre de musique il pouvait bien avoir composé. Certes, il serait vain de chercher à le comparer à son génial ami, mais combien de compositeurs de cette époque ont-ils droit aux feux de la rampe, alors qu’ils n’ont rien de plus ou de moins à offrir que Ries, hormis qu’ils ne ramèrent pas dans le sillage d’un titan ?

Pourtant, après quelques secondes d’écoute, on ne peut que conclure : Ries n’a pas copié Beethoven, ni même cherché à le copier. Certes, on retrouve certains aspects dans l’ampleur du geste, mais ni la conduite thématique, ni le développement harmonique, ni l’écriture pianistique, n’ont quoi que ce soit à rendre à Beethoven. Ries regarde plutôt de l’avant vers Mendelssohn et Chopin — voire Schumann, avec ses constants changements de tempo à l’intérieur d’un même mouvement —, et de l’arrière vers Mozart pour la richesse polyphonique : son langage reste donc inclassable, car réellement personnel. Les deux concertos ici proposés datent des années 1810-1815.



 

Votre compte