• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570740
  • Carl Philipp Emanuel Bach

    Sonates pour viole de gambe

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570740 0747313074075 - 1 CD 64:42 - DDD - Enregistré au Studio d'enregistrement Capella à Saint Pétersbourg en Russie en mai & juin 2007 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 27 mars 2008
Date parution numérique : 25 mars 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)

Sonates pour viole de gambe & basse continue
Ut majeur, Wq.136, H.558
Ré majeur, Wq.137, H.559
Sonate en trio pour viole de gambe & clavecin obligé (ici piano) en sol mineur, Wq.88, H.510

Dmitry Kouzov, violoncelle
Peter Laul, clavecin & piano

e second fils survivant de Bach (car il y eut des jumeaux mort-nés deux ans avant lui), Carl Philipp Emanuel, réussit à se tailler une place plus qu’honorable dans le panthéon des musiciens européens, malgré l’ombre dévorante de son Jean-Sébastien de père (« la vieille perruque », selon ses fils). Mais il lui fallut, pour s’épanouir, s’installer à Berlin et Potsdam, à la cour du roi de Prusse, puis à Hambourg lorsque l’atmosphère prussienne devint trop oppressante pour un esprit libre comme le sien. Car Frédéric II, le « despote éclairé », quel que soit la lumière de son despotisme (l’éclairage, lui, se faisait à la bougie), restait un conservateur dans l’âme. Pour preuve ces sonates pour viole de gambe, un instrument alors tombé en désuétude plus ou moins partout : sans doute furent-elles écrites pour le gambiste de la cour, Ludwig Hesse, entre 1745 pour la première et 1759 pour la dernière.
    Le caractère délibérément virtuose, à l’italienne, de ces sonates de facture très hardie devaient en faire d’excellentes pièces de démonstration technique, mais la musicalité de Carl Philipp Emanuel est telle qu’il sait tirer de l’instrument des accents tour à tour poignants et primesautiers. Voilà de la vraie musique du Siècle des lumières, qui s’échappe radicalement du style baroque, le Sturm und Drang s’approche...
 

Votre compte