• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570538
  • Majestic Journey

    Œuvres originales pour euphonium & orchestre

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

  Indisponible ce jour :
Ajouter aux alertes

Ajouter a mes envies

 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570538 0747313053872 - 1 CD 53:15 - DDD - Enregistré au Centre Michael Fowler à Wellington en Nouvelle Zélande en janvier/février 2006 - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 31 janvier 2008
Date parution numérique : 11 décembre 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Kevin Kaska (né en 1972)
Majestic Journey
Ballade

John Golland (1946-1993)
Peace (arr. Adam Frey pour euphonium & orchestre)

Vladimir Cosma (né en 1940)
Concerto pour euphonium & orchestre

Peter Graham (né en 1958)
Brillante

Philip Sparke (né en 1951)
Pantomime (arr. Adam Frey pour euphonium & orchestre)


Adam Frey, euphonium
Orchestre Symphonique de Nouvelle Zélande
Direction Bruce Hangen

ommage, vraiment, que l’euphonium n’ait pas trouvé le chemin de l’orchestre symphonique traditionnel. Hélas, il fut inventé un peu trop tardivement, dans les années 1850-1870, à une époque où la technique de l’orchestration avait trop pris ses marques avec d’autres instruments de la famille pour accepter un nouveau venu.
    Pour mémoire, il a pour ancêtres le serpent puis l’ophicléide, tandis qu’il ressemble à un saxhorn avec une perce plus conique (et non pas tubulaire, comme les trombones et trompettes). Certes, Strauss, Holst et Mahler ont parfois eu recours à sa sonorité douce, claire, son étonnante fluidité, et Ponchielli lui a même consacré un concerto en 1874. Cela dit, l’euphonium a surtout trouvé sa place dans les grands ensembles de cuivres de la tradition anglo-saxonne, les « brass bands », où il fait office de violoncelle, en quelque sorte. Et depuis les années 1970, quelques compositeurs ont bien voulu lui offrir un répertoire original concertant, avec des œuvres contemporaines de divertissement, en particulier Vladimir Kosma et son brillantissime Concerto : on y découvrira toutes les facettes possibles et imaginables de l’euphonium.
 

Votre compte