• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570531
  • Malcolm Arnold

    Concerto pour deux pianos

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570531 0747313053179 - 1 CD 66:36 - DDD - Enregistré par Radio BBC les 18 janvier & 15 mars 2007 au Ulster Hall de Belfast en Irlande - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 25 octobre 2007
Date parution numérique : 30 octobre 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Malcolm Arnold (1921-2006)

Beckus the Dandipratt (Beckus le Gavroche), ouverture de comédie op. 5 (1943)
Fantaisie sur un thème de John Field pour piano & orchestre, op. 116 (vers 1976)
Concerto pour deux pianos (trois mains) & orchestre, op. 104 (1969)
Concerto pour piano à quatre mains & cordes, op. 32 (1951)

Phillip Dyson, piano
Kevin Sargent, piano
Orchestre de l'Ulster
Direction Esa Heikkilä

alcolm Arnold semble n’avoir jamais écrit que la musique qui lui plaisait. Et qui plaisait à ses auditeurs ! À une époque où une certaine avant-garde imposait sa dictature sérielle et expérimentale, Arnold se vautrait dans de riches harmonies, dans des emprunts au jazz, à la musique hollywoodienne, aux danses latino-américaines, non sans clins d’œil à Stravinski, Bartók ou Hindemith, car notre compositeur connaissait ses classiques sur le bout des doigts. Et il savait aussi merveilleusement écrire pour orchestre, lui qui avait passé tant d’années comme trompettiste des plus prestigieux orchestres londoniens.
    Dans cet inclassable creuset sont nées des œuvres comme les concertos pour deux pianos ou quatre mains, le sommet de l’art et de l’imagination de Arnold qui sait, parfois, se montrer facétieux, farceur et même moqueur ! Le Concerto pour deux pianos (à trois mains !) est un génial persiflage de 1969 dont le dernier mouvement se moque allègrement de la pop, de la musique d’ascenseur, de l’avant-garde, de tout et de tout le monde. D’ailleurs, le public, ravi, ne s’y trompa pas et bissa le mouvement lors de la création. Au contraire, le Concerto pour piano à quatre mains et cordes de 1951 a été écrit à une époque de profonde dépression et de tentatives de suicide à la suite de la rupture avec sa deuxième femme ; le langage en est assez éclaté, obsessionnel, et rappelle parfois la partition pour le film Psychose de Hitchcock (!).
    Mais pour commencer, on a la géniale Ouverture Beckus and Dandipratt, un véritable coup de maître du tout jeune Arnold qui signe, à 21 ans, un chef-d’œuvre absolu qui le propulsa illico vers l’avant-scène de la musique nouvelle anglaise en 1942.
 
À découvrir autour de cet album :

Musique moderne

Musique Symphonique

Piano

Angleterre

Votre compte