• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570466
  • Franz Liszt

    Musique pour piano (Intégrale - Volume 28)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570466 0747313046676 - 1 CD 61:04 - DDD - Enregistré au Potton Hall à Suffolk en janvier 2007 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 30 avril 2008
Date parution numérique : 29 avril 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Franz Liszt (1811-1886) - Ludwig van Beethoven (1770-1827)

Transcription pour deux pianos de la Symphonie n° 9 avec chœur en ré mineur, S657/R376

Ashley Wass, piano I & Leon McCawley, piano II

orsqu’en 1851 Liszt s’attela à transcrire la Neuvième Symphonie de son vénéré Beethoven (on se souvient que le grand maître donna l’accolade au jeune pianiste en 1822), il savait que la tâche serait ardue, en particulier pour le dernier mouvement. En effet, comment contourner le problème des parties vocales ? En réalisant un travail admiratif et sincère, Liszt sut magnifiquement contourner les écueils habituels de l’adaptation au piano d’œuvres orchestrales. En toute simplicité et avec grande humilité, il respecta le texte à la lettre, au même titre – selon ses dires – qu’un modeste graveur pourrait toujours restituer une infime partie d’un Michel-Ange en le reproduisant, ou qu’un obscur traducteur saurait encore transmettre l’esprit de Shakespeare quand bien même l’original en serait réduit à sa portion congrue. Mais plus qu’une portion congrue, Liszt a su reproduire la grandeur de l’œuvre originale, en n’introduisant aucun élément propre – aucune virtuosité supplémentaire, en particulier –, allant jusqu’à donner le texte chanté sous les parties de piano, ainsi que des indications de l’orchestration de Beethoven.
    En 1855, à l’occasion du 22e anniversaire de Brahms, Liszt présenta sa transcription pour deux pianos à Clara Schumann et Brahms qui la jouèrent sur le champ et l’apprécièrent fort, à juste titre car elle est, assurément, l’une des plus impressionnantes du compositeur et l’une des moins enregistrées.
    Aux pianos, deux grands pianistes anglais Ashley Wass, et Leon McCawley dont l’intégrale des Sonates de Mozart chez Avie a reçu un Diapason d’Or.
 

Votre compte