• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570381
  • Franz Schubert

    SCHUBERT: Mass No. 6 in E flat major / Stabat Mater

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570381 0747313038176 - 1 CD 51:59 - DDD - Enregistré à la Grande Salle du Gewandhaus de Leipzig en Allemagne en août 2006 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 28 février 2008
Date parution numérique : 26 février 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Franz Schubert (1797-1828)

Messe n° 6 en mi bémol majeur pour soli, chœur & orchestre, D.950
Stabat Mater en sol mineur pour chœur mixte, orgue & orchestre, D.175


Immortal Bach Ensemble
Orchestre de Chambre de Leipzig
Direction Morten Schuldt-Jensen

a Messe en mi bémol majeur, D.950 est bien une œuvre de la toute fin de la vie de Schubert : elle fut terminée à l’été 1828, peut-être comme œuvre de démonstration en vue d’un futur engagement professionnel – qui n’eut jamais lieu puisque Schubert mourut quatre mois plus tard, en novembre. Ce n’est que cinquante ans après que cette musique trouvera une véritable suite, en la personne de Bruckner, Brahms s’étant dirigé vers une voie fort différente.
    Oui, Schubert était un phénoménal visionnaire et l’esprit tourbillonne à imaginer quels sommets il aurait atteint s’il n’était pas mort à 31 ans… Car cette messe représente déjà un sérieux pas vers la fin du romantisme, vers une parfaite modernité, comme si le compositeur avait négligé de se pencher sur un demi-siècle d’évolution pour se positionner bien au-delà. Il est étonnant que cette œuvre génialissime n’ait pas trouvé son chemin dans le répertoire habituel des concerts spirituels. Chefs de chœur, n’hésitez pas ! Comme la Messe n° 5 en la bémol majeur, D.678, cette Sixième et dernière Messe – qui peut être considérée comme le Requiem de Schubert à son propre usage –, se situe au même niveau que le Requiem allemand de Brahms ou la Missa solemnis de Beethoven.
    On mesurera d’ailleurs l’abîme entre cet ouvrage et le Stabat Mater, D. 175 écrit 13 ans auparavant en 1815, encore empreint de beethovenisme mozartien : un bel arioso pour chœur d’une belle simplicité et expressivité.
    Fondé par Morten Schuldt-Jensen au sein du Gewandhaus de Leipzig, le "GewandhausKammerchor" maintenant appelé "Immortal Bach Ensemble", est un très beau chœur mixte, toujours de chambre puisque composé de 30 choristes mais devenu aujourd'hui une formation indépendante détachée du Gewandhaus.
 

Votre compte