• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570360
  • Charles-Auguste de Bériot

    Concertos pour violon

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570360 0747313036073 - 1 CD 69:11 - DDD - Enregistré en la salle de concert de la Radio slovaque à Bratislava du 23 au 27 octobre 2006 - Notes en anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 28 août 2008
Date parution numérique : 26 août 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Charles Auguste de Beriot (1802-1870)

Concertos pour violon & orchestre
N° 2 en si mineur, op. 32
N° 3 en mi mineur, op. 44
N° 5 en ré majeur, op. 55

Philippe Quint, violon
Orchestre Symphonique de la Radio slovaque
Direction Kirk Trevor

harles-Auguste de Bériot, dont l’histoire retient surtout le fait qu’il fut « le » fondateur de l’école franco-belge de violon, et qu’il fut le compagnon puis le mari de Maria Malibran jusqu’à la mort prématurée de la jeune diva (leur fils Charles-Wilfrid devint le professeur de piano de Ravel et le dédicataire de la Rapsodie espagnole), était également compositeur de talent.
    Certes, son écriture, en particulier dans ces deux concertos, laisse une large part à la virtuosité violonistique, mais on reconnaît quand même l’évidente influence de Mendelssohn pour la conduite harmonique, et de Chopin pour l’art mélodique ; ainsi sans doute de Paganini pour les feux d’artifices, mais l’élégance musicale reste d’essence française. Si le Second concerto, écrit en 1835, dégage une franche bonne humeur, le Troisième de 1842, en mi mineur, semble plus sombre et dramatique. Enfin, le Cinquième de 1848 renoue avec une certaine simplicité plus mendelssohnienne.
    Né à Saint-Petersbourg, Philippe Quint a quitté la Russie en 1991 pour s’établir aux Etats-Unis où il a étudié à la Julliard School avec Itzhak Perlman et Isaac Stern. Se forgeant une réputation de soliste charismatique, avec une technique hors pair et une justesse de ton et d'expression inégalée, il parcourt le monde avec son Stradivarius de 1723, l'ex-Kiesewetter.
 
 Cliquez pour écouter le podcast lié :
À découvrir autour de cet album :

Musique Romantique

Musique concertante

Violon

Belgique

Votre compte