• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570285
  • Charles Villiers Stanford

    Symphonies (Volume 1)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS LUNDI.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570285 0747313028573 - 1 CD 70:52 - DDD - Enregistré à la Salle de concert de Lighthouse, Poole, Dorset (UK) en juin 2006 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 26 avril 2007
Date parution numérique : 29 avril 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Charles Villiers Stanford (1852-1924)

Symphonies
N° 4 en fa majeur, op. 31
N° 7 en ré mineur, op. 123

Orchestre Symphonique de Bournemouth
Direction David Lloyd-Jones

orsqu’il écrivit sa Quatrième symphonie en 1888, Charles Stanford appartenait encore à l’avant-garde des nouveaux compositeurs britanniques ; l’œuvre fut même créée à Berlin, au cours d’un concert consacré exclusivement à ses compositions ! Son langage, à la fois brahmsien dans son ampleur et intimement britannique dans sa solennité, déroutera les pisteurs d’influences car Stanford sait parfaitement faire siennes ses sources d'inspiration en les métamorphosant en son idiome personnel.
    Lorsqu’il composa sa Septième et dernière symphonie en 1911, il jouissait, certes, d’une grande renommée mais il était déjà un homme « du passé » par rapport à Elgar, à son propre élève Vaughan Williams, à Debussy, Stravinski et Strauss, et aussi par rapport aux événements et à l’évanouissement de l’époque victorienne qui avait été la sienne. Est-ce la raison pour laquelle le vieux maître retourne à sa source première, Mendelssohn ? Car voilà une œuvre légère, transparente, malgré sa tonalité assez sombre ou, disons, nostalgique ; construite de mouvements concis, elle semble une sorte d’adieu doux-amer à ce qui fut une grande carrière.
    De bien belles œuvres qui jettent une lumière nouvelle sur Stanford trop souvent relégué dans un rôle de compositeur liturgique par méconnaissance presque totale de ses symphonies, et encore plus totale de ses dix opéras qui ne bénéficièrent que de succès d’estime…
 

Votre compte