• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570237
  • Trois siècles de Bagatelles

    ZILBERQUIT, Julia: 3 Centuries of Bagatelles

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS LUNDI.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570237 0747313023776 - 1 CD 77:13 - DDD - Enregistré en septembre 2001 à la Grande Salle du Conservatoire de Moscou - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 24 mai 2007
Date parution numérique : 29 mai 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Francois Couperin (1668-1733)
Pieces de clavecin, Livre 2 (10e Ordre) : Les Bagatelles (Rondeau)

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Bagatelle en la mineur, WoO 59, "Für Elise" (Pour Elise)
Sept Bagatelles, op. 33
N° 3 en fa majeur - N° 4 en la majeur
Onze Bagatelles, op. 119
N° 9 en la mineur - N° 10 en la majeur - N° 5 en ut mineur

Camille Saint-Saens (1835-1921)
Six Bagatelles, op. 3
Suite I (N° 1 - N° 2 - N° 3)
Suite II (N° 3 - N° 4 - N° 5)

Anatol Liadov (1855-1914)
Bagatelle en ré bémol majeur, op. 30
Trois Bagatelles, op. 53
N° 1 en sol dièse mineur
N° 2 en sol majeur
N° 3 en la bémol majeur

Alexandre Tchérepnine (1899-1977)
Dix Bagatelles, op. 5

Edison Denisov (1929-1996)
Sept Bagatelles, op. 19

Franz Liszt (1811-1886)
Bagatelle sans tonalité, S216a/R60c (5e version de Méphisto-Valse)

Béla Bartók (1881-1945)
Quatorze Bagatelles, op. 6, Sz. 38
N° 14 Valse "Ma mie qui danse"

Julia Zilberquit, piano

agatelle : petit rien…, de peu de prix, dans le langage courant mais, musicalement parlant, le mot ne signifie pas « petite musique » même s'il s'agit d'une pièce courte, de caractère vif et léger, mais plutôt une musique extraordinairement concentrée ; d'ailleurs, certaines des Bagatelles de Beethoven semblent des condensés de génie pur, concises comme un diamant, d'un haut niveau artistique ! La première mention du nom Bagatelle pour une œuvre musicale est sans doute le Rondeau de Couperin, du second livre des Pièces de clavecin. La plus célèbre et rebattue d’entre elles, par contre, reste Für Elise (Pour Elise), traduit en français par Lettre à Elise.
    Rarement entendues, voici les Six bagatelles, op. 3 de Saint-Saëns, encore sous l’influence de Schumann ou Liszt, mais le caractère spécifiquement français fait son apparition au détour de bien des pages…
    Avec Liadov, Tcherepnine et Denisov, on tombe dans la grande rareté : si Liadov semble encore relié à Chopin, Tchérepnine nous offre quelques images de la Russie profonde, née de son folklore. Denisov, naturellement, appartient à une génération bien plus tardive, mais cela ne l’empêche pas de puiser aussi dans le fonds populaire russe dans une veine que n’auraient pas reniée Prokofiev ou Chostakovitch.
    Suit une expérience assez épatante de Liszt en 1885 : une Bagatelle sans tonalité (découverte en 1956) qui aurait dû être une ultime Méphisto-Valse ! Si le vieux maître réussit aisément à gommer les équilibres tonaux (25 ans avant Schönberg !), il reste toutefois dans un monde d’accords « classiques » et c’est surtout l’errance des enchaînements (ainsi que les quintes diminuées du discours mélodique) qui donnent l’impression d’un jeune Scriabine.
    Pour finir, une farce ironique de Bartók – s’amuserait-il à copier Satie ? –, Ma mie qui danse, bagatelle qui correspond tout à fait à la définition du genre.
    Au piano, la jeune Julia Zilberquit – issue de la célèbre école pour enfants surdoués, l’Institut Gnessin de Moscou – qui remporta le Premier prix au Concours International de Vienne de 1994.
 

Votre compte