• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Hisato Ohzawa

    OHZAWA: Piano Concerto No. 2 / Symphony No. 2

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570177 0747313017775 - 1 CD 62:53 - DDD - Enregistré au Studio 5 de la Société d'Etat Kultura de la Radio & Télévision Russe à Moscou en mars 2006 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 27 mars 2008
Date parution numérique : 25 mars 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Hisato Ohzawa (1909-1953)

Premières mondiales

Concerto pour piano & orchestre n° 2 (1935)
Symphonie n° 2 (1934)

Ekaterina Saranceva, piano
Orchestrae Philharmonique de Russie
Direction Dimitri Yablonsky

e compositeur Hisato Ohzawa fut l’un des plus importants compositeurs japonais de la première moitié du 20e siècle. Après avoir étudié au Japon, il partit pour Boston où il suivit les conseils de Schönberg ; puis à Paris où Nadia Boulanger lui recommanda de ne jamais oublier qu’il était Japonais, tandis que Paul Dukas le mettait en garde contre le modernisme. Ohzawa fut le premier Japonais à diriger à Paris ses propres œuvres en cette année 1935 ; il s’agissait des deux œuvres ici présentes, d’ailleurs écrites en France et qu’il créa à la Salle Gaveau.
    Si, à Paris, personne ne trouva à redire à ces compositions qui maintenaient un excellent équilibre entre tradition et modernisme, entre orientalisme (très modéré) et langage résolument européen, le public japonais d’alors, très conservateur, fut totalement dérouté par cette musique franchement trop moderne. En 1936, en effet, le pays s’abreuvait encore de Beethoven et de Tchaïkovski, et il n’est pas certain que les orchestres japonais de l'époque fussent en mesure de surmonter les difficultés des partitions. Toujours est-il que, de retour au Japon, Ohzawa se trouva coincé sur place par la Seconde guerre : il se tourna alors vers la composition pour jazz band, la musique légère et pour le cinéma. Lorsqu’il disparut en 1953, à l’âge de 47 ans, personne ne se souvenait plus de sa courte mais brillante carrière en Europe ; ce n’est que de nos jours que l’on se penche enfin sur sa production qui avait brièvement fait les délices des élites parisiennes de l’Entre-deux-guerres !
    Le langage de Ohzawa rassemble de nombreuses influences : Roussel, Ravel, Bartók, Prokofiev, le jazz d’alors, et quelques rares incursions dans le pentatonisme oriental qui ne sert ici que de coloration et jamais d’argument fondateur. Ohzawa reste, malgré le conseil de Nadia Boulanger, un compositeur d’obédience occidentale. Voilà un univers à découvrir dans l’excellente interprétation de l’Orchestre Philharmonique russe sous la direction de Dimitri Yablonski.
 

Votre compte