• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Stephen Albert

    ALBERT, S.: RiverRun / Symphony No. 2

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8559257 0636943925720 - 1 CD 64:24 - DDD - Enregistré au Studio 5 de la Radio-Télévision Nationales de Moscou en avril 2005 - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 26 avril 2007
Date parution numérique : 27 mars 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Stephen Albert (1941-1992)

Symphonie n° 1 "RiverRun"
Symphonie n° 2 (Première discographique mondiale)
(Orchestration complétée par Sebastian Currier)

Orchestre Philharmonique de Russie
Direction Paul Polivnick

l est clair que le nom de Stephen Albert ne dira pas grand-chose au public français dans son ensemble ; ce compositeur nord-américain au langage puissant et lyrique a pourtant reçu le prestigieux Prix Pulitzer de 1985 avec cette Première Symphonie RiverRun, écrite pour le National Symphony Orchestra (l’Orchestre de Washington). Si Albert se réclame de Mahler, c’est plutôt à Ives que l’on pourrait penser dans la construction et l’écriture orchestrale, même si Hindemith ou Stravinski guettent au coin de la partition. Selon toute évidence, ces héritages sont parfaitement assumés par Albert qui peut, ainsi, écrire sa propre musique sans craindre l’ombre des géants du passé.
    Quant à la Seconde symphonie en première mondiale discographique, elle fut commandée par le New York Philharmonic et devait être terminée à la fin de 1992 ; mais Albert fut tué dans un accident de la route alors qu’il pensait terminer le travail en trois semaines. C’est donc son collègue et ami Sebastian Currier à qui il échut la lourde tâche de reprendre les manuscrits – heureusement, le « monstre » était entièrement fini, et la symphonie à moitié orchestrée, de sorte qu’il ne restait plus qu’à terminer l’orchestration et à nettoyer quelques incongruités évidentes. C’est ici le Bartók du Concerto pour orchestre qui sert de référence, de fil rouge avec clin d’œil, mais encore une fois la musique de Albert est très personnelle et unique. Si voilà la nouvelle musique contemporaine, l’avant-garde ésotérique peut se faire du souci…
 

Votre compte