• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8557958
  • Giovanni Simone Mayr

    Cantates

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8557958 0747313295821 - 1 CD 59:30 - DDD - Enregistré en l'église Maria de Victoria (Asamkirche) à Ingolstadt en Allemagne en septembre 2005 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 14 décembre 2006
Date parution numérique : 12 décembre 2006
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Giovanni Simone Mayr (1763-1845)

L'Armonia, cantate dramatique pour solistes, chœur & orchestre (1825)
Cantata sopra la morte di Beethoven (Cantate pour la mort de Beethoven) pour solistes, chœur & orchestre (1827)

Talia Or, soprano (Chef des Bardes)
Altin Piriù, ténor (Chef des soldats)
Nikolay Borchev, basse (Chef du peuple)
Chœur Simon Mayr (Bardes, soldats & peuple)
Orchestre de Chambre Géorgien de Ingolstadt
Direction Franz Hauk

ien qu’il soit né en Bavière, Simon Mayr passa sa carrière en Italie où il fit jouer pratiquement toutes ses œuvres. Notons aussi qu’il s’évertua à introduire dans le pays la musique germanique de l’époque : Beethoven, Haydn et Mozart, que l’on ne connaissait guère de ce côté des Alpes. Il en traite ici l'héritage par le prisme de la légèreté italienne.
    La Cantate dramatique L’Armonia fut écrite pour la visite du couple impérial à Bergame, en juillet 1825 : selon la tradition, l’œuvre était mise en scène dans une débauche d’allégories antiques. Il semble que l’empereur ait tellement flatté Mayr que celui-ci rentra chez lui tremblant et tout en larmes ! Son langage emprunte naturellement à ses modèles viennois, mais dans un certain italianisme rossinien assez amusant !
    Quant à la Cantate pour la mort de Beethoven, Mayr la composa à la hâte, rassemblant des matériaux de ses propres œuvres (sa Cantate sur la mort de Haydn, après tout, ils étaient morts et n’allaient pas se plaindre), mais aussi la cantate funèbre sur la mort de Haydn de Cherubini… Le finale intègre quelques accents tirés d’œuvres de Beethoven. Voilà un admirable et délicieux pot-pourri, qui à force d’emprunts, en devient une véritable création de Mayr.
 

Votre compte