• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8557904
  • Franz Liszt

    Musique pour piano (Intégrale, volume 25)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8557904 0747313290420 - 1 CD 61:56 - DDD - Enregistré en août 2005 au Performing Arts Center, The Country Day School, King City, Ontario (Canada) - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 28 juin 2007
Date parution numérique : 26 juin 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Franz Liszt (1811-1886)

Paraphrases sur des opéras de Giuseppe Verdi

Paraphrase de concert sur Rigoletto, S434/R267
Paraphrase sur Aïda : Danse sacrée et duo final, S436/R269
Paraphrase sur Le Trouvère : Miserere, S433/R266
Paraphrase sur Les Lombards : Salve Maria, S431/R264
Paraphrase sur Don Carlos : Chœur de fête et marche funèbre, S435/R268
Réminiscences de Simon Boccanegra, S438/R271
Paraphrase de concert sur Ernani, S432/R265

Alexandre Dossin, piano

ue d’eau, que d’eau ! Et encore, on ne voit que le dessus !, se serait écrié Mac Mahon en voyant les crues à Moissac lors des inondations de 1875. « Que de notes, que de notes ! Et encore, on n’entend probablement pas tout ! », pourrait-on dire en découvrant les paraphrases de Liszt sur Verdi. Car Verdi, déjà assez disert comme ça, n’aurait pas imaginé que sur les thèmes d’un intérêt musical souvent limité de certains airs de ses opéras, on pourrait tirer un tel déluge de pianisme, un tel Vésuve de trilles, de gammes, d’arpèges, de grondements, de gigantesques accords !
    Ce déferlement virtuose s’étale de Ernani (1847 pour la version de Liszt) à Don Carlos de 1867 et surtout Réminiscences de Boccanegra de 1882, une œuvre de la toute dernière période de la vie de Liszt. Et là, miracle, les acrobaties transcendantales ont laissé place à un traitement fort contrapuntique, très moderne, de la matière musicale. Le jeune Rachmaninov n’aurait pas renié une telle pièce.
 
À découvrir autour de cet album :

Musique Romantique

Piano

Hongrie

Votre compte