• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8557784
  • Arnold Bax

    Musique de chambre

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8557784 0747313278428 - 1 CD 61:03 - DDD - Enregistré en février 2005 au Potton Hall à Suffolk, UK - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 30 novembre 2006
Date parution numérique : 12 novembre 2006
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Arnold Bax (1883-1953)

Sonate pour alto & piano (1922)
Pièce de concert pour alto & piano (1904)
Légende pour alto & piano (1929)
Trio en un mouvement pour violon, alto & piano, op. 4 (1906)

Martin Outram, alto
Julian Rolton, piano
Laurence Jackson, violon

’est le célèbre altiste Lionel Tertis qui fut à l’origine de la grande majorité des œuvres solo pour alto du répertoire britannique des trente premières années du 20e siècle – si l’on excepte son célèbre ratage avec le concerto de Walton, « trop difficile », que créa donc rien moins que Paul Hindemith en personne –.
    Si l’on connaît plutôt le compositeur pour sa musique orchestrale, sa production chambriste n’en mérite pas moins le détour. Le langage puissamment postromantique qui est habituellement le sien dépasse quelque peu ses propres limites avec les deux œuvres les plus tardives du CD, la Sonate pour alto de 1922 et la Légende de 1929, des moments plus sombres et déchirés, plus modernes aussi, sans pour autant se situer jamais dans la lignée des nouvelles voies alors ouvertes par les écoles avant-gardistes desquelles Bax se détourna résolument. En réalité, il créa son propre modernisme, teinté d’influences celtiques, et d’une grande puissance évocatrice. Il en ressort une musique sincère, évidente, entraînante et profonde.
 

Votre compte