• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Joaquin Turina

    Musique pour piano, volume 3

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8557684 0747313268429 - 1 CD 62:46 - DDD - Enregistré en août 2005 à l'Auditorium de Jafre en Espagne - Notes en anglais, allemand & espagnol
En vente sur ce site depuis le 26 octobre 2006
Date parution numérique : 31 octobre 2006
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Joaquin Turina (1882-1949)

Sevilla, suite pintoresca (Séville, suite pittoresque), op. 2 (1908)
I. Bajo los naranjos (Sous les orangers)
II. El Jueves Santo a medianoche (Jeudi Saint à minuit)
III. La Feria (La Fête de Séville)

Mujeres españolas, I (Femmes d'Espagne, I), op. 17 (1917)
I. La madrileña clásica (La Madrilène classique)
II. La andaluza sentimental (L'Andalouse sentimentale)
III. La morena coqueta (La brune coquette)
Mujeres españolas, II (Femmes d'Espagne, II), op. 73 (1932)
I. La gitana enamorada (La gitane amoureuse)
II. La florista (La fleuriste)
III. La señorita que baila (La danseuse mondaine)
IV. La murciana guapa (La belle Murcienne)
V. Le alegre sevillana (La Sévillane joyeuse)

Mujeres de Sevilla (Femmes de Séville), op. 89 (1935)
I. La alfareria de Triana (La potière de Triana)
II. La mocita del barrio (La jolie du quartier)
III. La macarena con garbo (La gracieuse de Macarena)
IV. La cigarrera traviesa (La cigarière espiègle)
V. Mantillas y peinetas (Mantilles et peignes)

Jordi Masó, piano

oaquin Turina célèbre les femmes de Séville, les femmes d’Espagne, toutes les femmes du monde ! Ah, Les femmes, les femmes, il n’y a que ça, chante le gentil Piquillo dans La Périchole et il a bien raison. Celles de Séville semblent avoir sérieusement tourné la tête de Turina : Gitanes amoureuses, coquettes mauresques, potières de Triana, gamines de bas-quartiers, cigarières sournoises, rien que des belles et capiteuses femmes à la fois provocantes et distantes, de quoi enflammer les esprits de plus d’un pianiste.
    Turina a étudié avec Vincent d’Indy à la Schola Cantorum de Paris, le professeur le plus improbable qui soit pour un compositeur de la sensualité débridée… mais qui lui donna le sens de la forme. Son langage, initialement inspiré de ses études à la Schola Cantorum, semble ici plutôt hérité de ses amis Debussy, Ravel ou Albéniz.
    Grâce, séduction, finesse mais aussi danses endiablées, un brin de chaleur torride, un brin d’humour, plusieurs brins d’ibérismes musicaux parfaitement digérés, voilà la musique de Joaquin Turina, un musicien trop souvent éclipsé par le grand trio Albéniz – Granados – de Falla, ce qui est fort dommage. Surtout sous les doigts de Jordi Maso, grand défenseur de Soler ou Mompou, mais aussi de Déodat de Séverac, tous musiciens du soleil.
 

Votre compte