• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8557671
  • Carl Stamitz

    Quatuors pour orchestre

En magasins : 7,27 
En direct ici : 5,14 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8557671 0747313267125 - 1 CD 66:55 - DDD - Enregistré en la cathédrale du Sacré Cœur à Wellington en Nouvelle-Zélande - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 30 novembre 2006
Date parution numérique : 21 novembre 2006
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Carl Stamitz (1745-1801)

Quatuors pour orchestre
Fa majeur, op. 14 n° 4
Ut majeur, op. 14 n° 1
Quatuors concertants
Si bémol majeur, op. 14 n° 5
Sol majeur, op. 14 n° 2

NZSO Chamber Orchestra (Orchestre de Chambre de l'Orchestre Symphonique de Nouvelle Zélande)
Direction Donald Armstrong

e n’est qu’un misérable tartineur de notes, joueur, ivrogne, coureur de putains, ce n’est pas quelqu’un pour moi, il n’a pas même un habit correct à se mettre sur le dos, disait gentiment Mozart de Carl Stamitz en 1778 lors de son second voyage à Paris. Il faut dire que ce voyage ne fut qu’une succession de demi-succès et de gamelles (en plus, il y perdit sa mère), ce qui ne devait pas réellement le mettre d’humeur à être gentil avec ses collègues mieux installés et mieux reçus.
    Malgré les dires de Mozart, Stamitz n’en est pas moins un fort digne musicien très représentatif d’une époque et d’un style, d’une demande et d’une attente de la part du public. Ainsi ses symphonies pour quatuor – une curieuse écriture entre quatuor soliste et quatuor orchestral, en passant par le quatuor concertant – s’apparentent-elles aux Symphonies salzbourgeoises de Mozart de par le langage, le contenu, l’ambition musicale, l’écriture elle-même ; il faut dire que les deux musiciens ont composé leurs œuvres plus ou moins à la même époque, Mozart en 1772 à Salzbourg et Stamitz en 1776 à Paris. Gageons que Mozart n’a jamais entendu celles de Stamitz, car il aurait très certainement révisé son jugement musical.
 

Votre compte