• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8557526
  • Arnold Schönberg

    SCHOENBERG, A.: Chamber Symphony No. 2 / Die gluckliche Hand / Wind Quintet (Craft) (Schoenberg, Vol. 8)

5 de Diapason 4 étoiles du Monde de la Musique
En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8557526 0747313252626 - 1 CD 78:21 - DDD - Enregistré au Studio n° 1 de Abbey Road à Londres en mai & juillet 2000, à l'Académie Américaine des Arts et Lettres à New York en janvier 2004 - Notes en anglais & allemand
En vente sur ce site depuis le 30 avril 2008
Date parution numérique : 29 avril 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Arnold Schönberg (1874-1951)

Symphonie de chambre n° 2, op. 38 (1906-16/1939)
Die gluckliche Hand (La main heureuse), drame musical pour basse, chœur & orchestre, op. 18 (1924)
Quintette pour vents, op. 26 (1924)

Mark Beesley, basse
Chorale Simon Joly - Philharmonia Orchestra - Direction Robert Craft
Quintette à vents de New York

l aura quand même fallu plusieurs décennies avant que les œuvres (hormis les quelques pièces postromantiques) de Schönberg finissent par s’intégrer au répertoire classique. Certes, les nourrisses ne chantent pas encore Die Glückliche Hand aux bébés entre deux biberons, et je n’ai entendu personne siffler la Symphonie de chambre dans le métro. Mais quand même : voilà une musique très lyrique, pénétrante, et si elle obéit à des logiques internes qui procèdent de tel ou tel système, cela ne concerne pas l’auditeur lambda à l’écoute de l’émotion pure qui s’en dégage.
    La géniale Seconde Symphonie de chambre fut commencée en 1906, mais achevée seulement après maintes révisions 30 ans plus tard, en 1936 ; est-ce une œuvre néoclassique à la Stravinski ? On pourrait l’imaginer à l’écoute du magnifique second mouvement, mais l’art contrapuntique de Schönberg dépasse largement les homophonies diatoniques de Stravinski pour s’épancher dans un monde à la fois vivant, fantaisiste et coloré, ni atonal ni tonal, plus proche de La Nuit Transfigurée que de Erwartung ; une véritable jubilation.
    Die Glückliche Hand, « drame avec musique », cruel et émouvant, date de 1912/1913, la même période que le Pierrot Lunaire ; il s’agit d’un ouvrage ramassé, dense, intense, obstiné, d’un lyrisme âpre et envoûtant, que l’on considère à tort comme dogmatique. En réalité, Die Glückliche Hand doit être joué sur scène, puisque c’est un pantomime avec très peu d’interventions vocales. À l’époque, Schönberg peignait énormément, dans le style de Kokoschka, et l’ouvrage comporte sans doute certaines couleurs crues et expressionnistes évoquant le grand peintre.
    Enfin, le Quintette à vents, op. 26 emprunte le langage dodécaphonique mais afin de ne pas risquer de lasser l’auditeur, Schönberg introduit une phénoménale dose de virtuosité instrumentale, dans une écriture toujours rigoureusement polyphonique héritée de Bach. Selon Robert Craft, l’œuvre était quasiment injouable à l’époque de sa création, de sorte qu’il fallut aux membres de la Philharmonie de Berlin rien moins que 60 minutes pour en venir à bout ; Craft, respectueux des tempi prescrits par le compositeur, arrive à 38 minutes !
    Voilà du Schönberg en dehors de tout dogme, lyrique et profond, mordant et généreux.
 

Votre compte