• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Johannes Brahms - Richard Wagner

    Les grands chefs d'orchestre : Otto Klemperer

Diapason d'or
En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8111274 0747313327423 - 1 CD 80:28 - ADD - Enregistré en 1928 et 1928 - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 28 février 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos Historical 2012 au format PDF

Johannes Brahms (1833-1897)
Symphonie n° 1 en ut mineur, op. 68
Ouverture pour une fête académique, op. 80

Richard Wagner (1813-1883)
Tristan und Isolde : Prélude à l'Acte I (version de 1859)
Siegfried Idyll pour orchestre de chambre, sur des thèmes de "Siegfried"


Orchestre de l'Opéra de Berlin
Direction Otto Klemperer
(1885-1973)

a conception qu’avait Klemperer de cette Première Symphonie de Brahms, en magicien de l’architecture qu’il fut, était telle que, malgré un enregistrement réalisé en cinq jours étalés sur sept mois – décembre 1927 à juin 1928 –, elle s’écoute réellement comme une exécution d’un seul tenant. Sans se précipiter, le chef déroule la musique avec une logique parfaite, allant de l’obscurité de l’introduction jusqu’à l’éclatante lumière du finale dans un seul immense geste parfaitement cohérent.
    On doit rendre justice également aux ingénieurs du son (d’alors et d’aujourd’hui) qui ont su, pour les uns, capter les sonorités avec une remarquable égalité, et pour les autres, les unifier à partir des matrices originales sur shellac.
    Par contraste, l’Ouverture académique et le Prélude de Tristan und Isolde furent enregistrés en une seule et même séance, d’une immense intensité musicale. Pour finir, nous avons droit non pas au sempiternel Liebestod qui suit traditionnellement le Prélude, mais tout simplement Siegfried Idyll, avec les cordes « complètes » et non pas le quintette à cordes : Klemperer sait parfaitement doser le nouvel équilibre entre cordes et vents ainsi généré.
    Avertissement cependant : si la remasterisation est excellente, il subsiste un « souffle » inhérent aux enregistrements des années 1928 et 1929 : avis aux amateurs de son impeccable.
 
À découvrir autour de cet album :

Musique Romantique

Musique Symphonique

Allemagne

Votre compte