• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Johannes Brahms - Piotr Ilyitch Tchaïkovski

    Concertos pour piano

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8111271 0747313327126 - 1 CD 71:12 - ADD mono - Enregistré à Londres : *au Kingsway Hall les 22 & 23 octobre 1929 et **au Studio EMI n° 1 de Abbey Road les 9 & 10 juin 1932 - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 31 janvier 2008
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos Historical 2012 au format PDF

Johannes Brahms (1833-1897) *
Concerto pour piano & orchestre n° 2 en si bémol majeur, op. 83

Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893) **
Concerto pour piano & orchestre n° 1 en si bémol mineur, op. 23


Artur Rubinstein (1887-1982), piano
* London Symphony Orchestra - Direction Albert Coates
** London Symphony Orchestra - Direction John Barbirolli

e moins que l’on puisse dire, c’est que cette interprétation du Second concerto de Brahms ne manque ni d’énergie, ni de nerf, ni de brillant, d’autant plus lorsqu’on la compare à tant d’enregistrements tristement pondéreux, sentencieux, « germaniques » dans le mauvais sens du terme. Rubinstein et le chef Albert Coates nous le livrent, en cette année 1929, comme s’ils faisaient de la musique de chambre avec 80 musiciens. Par contre, on n’ira pas vous affirmer que Rubinstein ne tape pas un peu à côté… comme dans un live un peu intempérant. Mais l’interprétation vaut par la spontanéité, la vigueur, la verdeur même.
    Trois ans plus tard, c’est Barbirolli qui accompagne Rubinstein dans le Tchaïkovski ; cette fois, le pianiste joue au contraire très proprement. Dommage que le piano donne l’impression d’être mal accordé, à moins que ce ne soit dû à l’ancienneté de l’enregistrement (1929 !). Mais encore une fois, c’est l’incroyable spontanéité qu’il convient d’admirer ici, ainsi que la légèreté du propos, autant du pianiste que du chef, dans ce pauvre concerto dont le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a bien souvent été massacré par des interprètes dégoulinants de romantisme à la mélasse. Ici, c’est Tchaïkovski-champagne !
    En somme, du Brahms et Tchaïkovski comme on ne les joue hélas plus de nos jours, d’autant que les accompagnements de Albert Coates et John Barbirolli sont magnifiquement complices.
 

Votre compte