• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Wolfgang Amadeus Mozart

    Cosi fan Tutte (Intégrale)

10 de Classica-Répertoire
En magasins : 19,20 
En direct ici : 16,99 

Soit une remise de 10%

  Indisponible ce jour :
Ajouter aux alertes

Ajouter a mes envies

 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 811123234 0747313323227 - 3 CD 63:35 - 74:05 - 63:07 - ADD - Enregistré en juillet et novembre 1954 au Kingsway Hall à Londres - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 31 août 2006
Date parution numérique : 25 juillet 2006
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos Historical 2012 au format PDF

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Cosi fan tutte ou L'École des amants, "dramma giocoso" (opéra-bouffe) en deux actes sur un livret de Lorenzo da Ponte, KV 588 (1789)
Première représentation au Burgtheater de Vienne le 16 janvier 1790

Bonus
Extrait de Idomeneo
Zeffiretti lusinghieri

Extraits des Noces de Figaro
Non so piu cosa son - Porgi, amor - Voi che sapete - Dove sono i bei momenti - Giunse alfin il momento… Deh, vieni, non tardar

Extraits de Don Giovanni
Batti, batti o bel Masetto - Vedrai, carino - Crudele ? … Non mi dir

Elisabeth Schwarzkopf, soprano (Fiordiligi)
Nan Merriman, mezzo-soprano (Dorabella)
Lisa Otto, soprano (Despina)
Léopold Simoneau, ténor (Ferrando)
Rolando Panerai, baryton (Guglielmo)
Sesto Bruscantini, basse (Don Alfonso)
Philharmonia Chorus & Orchestra
Direction Herbert von Karajan

Bonus
Elisabeth Schwarzkopf , soprano
Wiener Philharmoniker
Direction John Pritchard

ttention Légende ! Depuis les années 40 et Glyndenbourg, Cosi fan tutte est passé du statut de rareté lyrique à celui d'incontournable du répertoire. Il s’en suivit quantité d’enregistrements, aussi bien "live" que studio. La référence discographique de ce marivaudage acide du divin Mozart, reste cependant, après plus de cinquante ans, ce studio de 1954. Aujourd’hui disponible chez Naxos cet enregistrement n’a pas pris une ride et même, avouons le, représente un âge d’or du chant mozartien… Mais la nostalgie n’a jamais été plus belle et lumineuse qu’ici !
    En premier lieu Karajan mène d’une main de maître un Philharmonia Orchestra tout en clair-obscur, en morbidezza, apparaissant ici comme le meilleur orchestre qui soit. Mais la clé de voûte de ce monument reste sans aucun doute sa distribution rêvée. Dans cet opéra d’ensemble (et des plus beaux), la magie de cette homogénéité vocale opère, relevant les milles facettes du plus subtil des opéras mozartiens. Jamais Fiordiligi ne fut plus fiévreusement noble que Schwarzkopf, la Dorabella de Merriman est un modèle du genre, toute d’ivresse et de lumière, Panerai est inoubliable en Guglielmo sanguin à souhait et Simoneau est la quintessence même du phrasé mozartien ! Lisa Otto est une Despina grand luxe et Sesto Bruscantini indétrônable en Don Alfonso, maître de cérémonie de ce jeu de dupe amoureux. Plus qu’un enregistrement de légende, un trésor !
    Toujours fidèle à sa politique de grande qualité à petit prix, Naxos offre en bonus la quasi-totalité du prestigieux récital mozartien d’Elisabeth Schwarzkopf réalisé en 1952 sous la direction de John Pritchard. À côté de sa célèbre Comtesse, cette mozartienne de légende aborde des rôles qu’elle n’incarna que très rarement ou jamais sur scène : Susanna (qu’elle fut dans sa jeunesse face à la grande Cebatori) mais aussi un Cherubino délicieusement juvénile, une Ilia de rêve, Zerlina et l’impressionnant Non mi dir de Donna Anna par celle qui fut LA Donna Elvira de sa génération.
 

Votre compte