• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Wolfgang Amadeus Mozart

    Requiem

5 de Diapason
En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS LUNDI.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8111064 0747313306428 - 1 CD 56:12 - ADD - Enregistré à Rome les 4 & 5 décembre 1941 à la Basilique de Santa Maria degli Angeli alle Terme - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 30 novembre 2006
Date parution numérique : 21 novembre 2006
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos Historical 2012 au format PDF

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Requiem en ré mineur, K. 626

Pia Tassinari, soprano
Ferruccio Tagliavini, ténor
Ebe Stignani, mezzo-soprano
Italo Tajo, basse
Chœurs & Orchestres Radiophoniques de Rome et de Turin
Direction Victor De Sabata (1892-1967)

iable… On a beau savoir que le Requiem est une messe pour les défunts, il est difficile d’imaginer une vision plus déchirante et tragique que celle de Victor de Sabata ; le chef italien commence, certes, comme s’il s’agissait un peu d’un Verdi, puis glisse insensiblement dans l’éperdu et l’insondable. Comme s’il se laissait graduellement entraîner par la musique vers l’abîme dans lequel est d’ailleurs tombé le monde à cette époque, 1941.
    Naturellement, les puristes pesteront contre ce chœur assez scénique, qui use de diphtongues et de notes prises par le bas, selon la bonne vieille tradition de l’opéra italien, mais en quelques secondes, l’auditeur se laissera embarquer par ce flot d’émotion brute, sauvage, puissante et sensuelle. Le vrai Requiem serait-il là, plutôt que dans certaines lectures un peu aseptisées des puristes de la restitution historique, ou que dans celles de la tradition berlino-viennoise… les paris sont ouverts.
 

Votre compte