• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Frédéric Chopin

    Intégrale de l'Œuvre

5 de Diapason
En magasins : 56,81 
En direct ici : 50,27 

Soit une remise de 10%

  Indisponible ce jour :
Ajouter aux alertes

Ajouter a mes envies

 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : BRIL93217 5028421932170 - 30 CD ADD & DDD - Enregistré entre 1961 & 2006 (Intégrale moderne) et entre 1903 et 1956 (Interprétations historiques) - CD Rom avec notes en français
En vente sur ce site depuis le 18 janvier 2007
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Brilliant Classics en RSS Recevoir les nouveautés Brilliant Classics en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo

Frédéric Chopin (1810-1849)

CD 1 à CD 17 : Intégrale de l'Œuvre

CD 1 (58:25) : Ballades - Impromptus
Ballades
N° 1 en sol mineur, op. 23 - N° 2 en fa majeur, op. 38 - N° 3 en la bémol majeur, op. 47 - N° 4 en fa mineur op. 52
Impromptus
N° 1 en la bémol majeur, op. 29 - N° 2 en fa dièse majeur, op. 36 - N° 3 en sol bémol majeur, op. 51
Fantaisie-Impromptu en ut dièse mineur, op. 66
    Bella Davidovich (née en 1928), piano
(Enregistré en 1981 & 1982)

CD 2 (67:21) : Etudes
Études, op. 10 (À son ami Franz Liszt - 1833)
N° 1 en ut majeur - N° 2 en la mineur - N° 3 en mi majeur "Tristesse" - N° 4 en ut dièse mineur - N° 5 en sol bémol majeur - N° 6 en mi bémol mineur - N° 7 en ut majeur - N° 8 en fa majeur - N° 9 en fa mineur - N° 10 en la bémol majeur - N° 11 en mi bémol majeur - N° 12 en ut mineur "Révolutionnaire"
Études, op. 25 (À Madame la Comtesse d’Agoult - 1837)
N° 1 en la bémol majeur - N° 2 en fa mineur - N° 3 en fa majeur - N° 4 en la mineur - N° 5 en mi mineur - N° 6 en sol dièse mineur - N° 7 en ut dièse mineur - N° 8 en ré bémol majeur - N° 9 en sol bémol majeur - N° 10 en si mineur - N° 11 en la mineur - N° 12 en ut mineur
Trois nouvelles études, composées pour la méthode de Moscheles et Fétis
N° 1 en fa mineur - N° 2 en ré bémol majeur - N° 3 en la bémol majeur
    Louis Lortie (né en 1959), piano
(Enregistré en avril 1986, à The Maltings, Snape, Suffolk)

CD 3 & CD 4 (42:39 - 61:45) : Nocturnes - Prélude
Nocturnes
Op. 9 : N° 1 en si bémol majeur - N° 2 en mi bémol majeur - N° 3 en si majeur
Op. 15 : N° 1 en fa majeur - N° 2 en fa dièse majeur - N° 3 en sol mineur
Op. 27 : N° 1 en ut dièse mineur - N° 2 en ré bémol majeur
Op. 32 : N° 1 en si majeur - N° 2 en la bémol majeur
Op. 37 : N° 1 en sol mineur - N° 2 en sol majeur
Op. 48 : N° 1 en ut mineur - N° 2 en fa dièse mineur
Op. 55 : N° 1 en fa mineur - N° 2 en mi bémol majeur
Op. 62 : N° 1 en si majeur - N° 2 en mi majeur
Op. 72 : N° 1 en mi mineur
Op. posthume : Ut dièse mineur - Ut mineur

Prélude en ut dièse mineur, op. 45
    Adam Harasiewicz (né en 1932), piano
(Enregistré en 1961 & 1963 aux Pays-Bas)

CD 5 (63:11) : Scherzos, Fantaisie, Barcarolle, Berceuse
Scherzos
N° 1 en si mineur, op. 20 - N° 2 en si bémol mineur, op. 31 - N° 3 en ut dièse mineur, op. 39 - N° 4 en mi majeur, op. 54
Fantaisie en fa mineur, op. 49
Berceuse en ré bémol majeur, op. 57
Barcarolle en fa dièse majeur, op. 60
    Alwin Bär (1941-2000), piano
(Enregistré en août 1998 à la Salle Bach à Amsterdam)

CD 6 (51:55) : Valses
Mi bémol majeur, op. 18 "Grande valse brillante" - La bémol majeur, op. 34 n° 1 "Valse brillante" - La mineur, op. 34 n° 2 "Valse brillante" - Fa majeur, op. 34 n° 3 "Valse brillante" - La bémol majeur, op. 42 "Grande valse" - Ré bémol majeur, op. 64 n° 1 "Minute" - Ut dièse mineur, op. 64 n° 2 - La bémol majeur, op. 64 n° 3 - La bémol majeur, op. posth. 69 n° 1 - Si mineur, op. posth. 69 n° 2 - Sol bémol majeur, op. posth. 70 n° 1 - Fa mineur, op. posth. 70 n° 2 - Ré bémol majeur, op. posth. 70 n° 3 - La bémol majeur - Mi majeur - Mi mineur, op. posth. - La mineur - Mi bémol majeur - Mi bémol majeur
    Zoltán Kocsis (né en 1952), piano
(Enregistré en 1982 en Allemagne)

CD 7 & CD 8 (58:46 - 73:38) : Mazurkas - Variations
Mazurkas
N° 1 en fa dièse mineur, op. 6 n° 1 - N° 2 en ut dièse mineur, op. 6 n° 2 - N° 3 en mi majeur, op. 6 n° 3 - N° 4 en mi bémol majeur, op. 6 n° 4 - N° 5 en si bémol majeur, op. 7 n° 1 - N° 6 en la mineur, op. 7 n° 2 - N° 7 en fa mineur, op. 7 n° 3 - N° 8 en la bémol majeur, op. 7 n° 4 - N° 9 en ut majeur, op. 7 n° 5 - N° 10 en si bémol majeur, op. 17 n° 1 - N° 11 en mi mineur, op. 17 n° 2 - N° 12 en la bémol majeur, op. 17 n° 3 - N° 13 en la mineur, op. 17 n° 4 - N° 14 en sol mineur, op. 24 n° 1 - N° 15 en ut majeur, op. 24 n° 2 - N° 16 en la bémol majeur, op. 24 n° 3 - N° 17 en si bémol mineur, op. 24 n° 4 - N° 18 en ut mineur, op. 30 n° 1 - N° 19 en si mineur, op. 30 n° 2 - N° 20 en ré bémol majeur, op. 30 n° 3 - N° 21 en ut dièse mineur, op. 30 n° 4 - N° 22 en sol dièse mineur, op. 33 n° 1 - N° 23 en ré majeur, op. 33 n° 2 - N° 24 en ut mineur, op. 33 n° 3 - N° 25 en si mineur, op. 33 n° 4 - N° 26 en ut dièse mineur, op. 41 n° 1 - N° 27 en mi mineur, op. 41 n° 2 - N° 28 en si majeur, op. 41 n° 3 - N° 29 en la bémol majeur, op. 41 n° 4 - N° 30 en sol majeur, op. 50 n° 1 - N° 31 en la bémol majeur, op. 50 n° 2 - N° 32 en ut dièse mineur, op. 50 n° 3 - N° 33 en si majeur, op. 56 n° 1 - N° 34 en ut majeur, op. 56 n° 2 - N° 35 en ut mineur, op. 56 n° 3 - N° 36 en la mineur, op. 59 n° 1 - N° 37 en la bémol majeur, op. 59 n° 2 - N° 38 en fa dièse mineur, op. 59 n° 3 - N° 39 en si majeur, op. 63 n° 1 - N° 40 en fa mineur, op. 63 n° 2 - N° 41 en ut dièse mineur, op. 63 n° 3 - N° 42 en sol majeur, op. 67 n° 1 - N° 43 en sol mineur, op. 67 n° 2 - N° 44 en ut majeur, op. 67 n° 3 - N° 45 en la mineur, op. 67 n° 4 - N° 46 en ut majeur, op. 68 n° 1 - N° 47 en la mineur, op. 68 n° 2 - N° 48 en fa majeur, op. 68 n° 3 - N° 49 en fa mineur, op. 68 n° 4 - N° 50 en la mineur, op. posth. - N° 51 en la mineur, op. posth.
Variations en si bémol majeur sur "La ci darem la mano" du Don Giovanni de Mozart, pour piano & orchestre
    Cor de Groot (1914-1993), piano Pleyel de 1847 (Mazurkas)
    Artur Moreira-Lima (né en 1940), piano - Orchestre Philharmonique de Sofia, direction Dimiter Manolov
(Enregistré en octobre/novembre 1988 & 1982 à La Haye)

CD 9 & CD 10 (77:14 - 65:32) : Polonaises - Pièces diverses
Andante Spianato & Grande Polonaise brillante en mi bémol majeur, op. 22
Polonaises
Op. 26 : n° 1 en ut dièse mineur & n° 2 en mi bémol mineur - Op. 40 : n° 1 en la majeur « Militaire » & n° 2 en ut mineur - Op. 44 en fa dièse mineur - Op. 53 en la bémol majeur « Héroïque » - Op. 61 en la bémol majeur "Polonaise-Fantaisie"
    Folke Nauta (né en 1973), piano
(Enregistré en 1998 au Conservatoire de Rotterdam)
Polonaises
Op. 71 : n° 1 en ré mineur - n° 2 en si bémol majeur - n° 3 en fa mineur - KK IIA n° 1 en sol mineur - KK IVA n° 1 en si bémol majeur - KK IVA n° 2 en la bémol majeur - KK IVA n° 3 en sol dièse mineur - KK IVA n° 5 en si bémol mineur - KK IVA n° 8 en sol bémol mineur
Bourrées : Sol majeur, B.160B n° 1 - La majeur, B.160B n° 2
Moderato en mi majeur “Feuille d’album”, KK IVB n° 12
Largo en mi bémol majeur, KK IVB n° 5
Sostenuto en mi bémol majeur, KK IVB n° 10
Variation n° 6 dans “Exameron” sur la marche des Puritains de Bellini, KK IIB n° 2
Fugue en la mineur, KK IVC n° 2
Canon en fa mineur, KK IVC n° 1 (Fragment)
    Alessandra Ammara (née en 1972), piano
(Enregistré en août 2006 au Conservatoire "A. Pedrollo" de Vicenza)

CD 11 (74:49) : Sonates pour piano - Ecossaises
Sonates pour piano
N° 1 en ut mineur, op. 4 - N° 2 en si bémol mineur, op. 35 - N° 3 en si mineur, op. 58
Trois Ecossaises, op. 72
Ré majeur - Sol majeur - Ré bémol majeur
    Emil Guilels (1916-1985), piano (Sonate n° 2)
(Enregistré en 1949)
    Sergio Fiorentino (1927-1998), piano (Sonate n° 3)
(Enregistré en 1994 à la Villa Siemens à Berlin)
    Fred Oldenburg (né en 1955), piano Sonate n° 1 & Ecossaises)
(Enregistré en 1998 au Centre de Musique Frits Philips à Eindhoven aux Pays-Bas)

CD 12 (74:35) : Rondos - Variations
Introduction & Variations sur un thème de Ludovic de Hérold “Je vends des scapulaires”, en si bémol majeur, op. 12
Rondo en ut mineur, op. 1
Variations sur un air national allemand, en mi majeur, op. posth.
Rondo “à la Mazur” en fa majeur, op. 5
Allegro de concert, op. 46
Boléro en ut majeur, op. 19
Introduction & Rondo en ut mineur, op. 16
Tarantelle en la bémol majeur, op. 43
Souvenir de Paganini
    Frank Van De Laar (né en 1965), piano
(Enregistré en septembre & octobre 1996 au Centre de Musique Frits Philips à Eindhoven aux Pays-Bas)

CD 13 (57:42) : Petites pièces
Mazurka n° 43 “Notre temps”
4 Mazurkas, op. posth. 67
N° 44, op. 67 n° 1 - N° 45, op. 67 n° 2 - N° 46 op. 67 n° 3 - N° 47, op. 67 n° 4
4 Mazurkas, op. ps. 68
N° 48, op. 68 n° 1 - N° 49, op. 68 n° 2 - N° 50, op. 68 n° 3 - N° 51, op. 68 n° 4
Mazurkas
N° 52 Con anima - N° 53 Allegro non troppo - N° 54 Allegro non troppo - N° 55 Allegro non troppo - N° 56 Allegretto - N° 57 Vivace - N° 58 Poco mosso
Valse à M.lle Elise Gavard, op.ps. 70/2 (version originale)
Valse, op.ps. 70/2 (d’après la version posthume J. Fontana)
Marche funèbre, op.72/2 (d’après la version posthume J. Fontana)
Marche funèbre, op.72/2 (d’après la version de l’édition d’Oxford)
Cantabile (Andantino)
Prélude – À mon ami P.Wolff (Paris, 10 juillet 1834) Brown 86 (Presto con leggierezza)
    Marian Mika, piano
(Enregistré en septembre 2006 à Preganziol en Italie)

CD 14 (53:36) : 19 Chants polonais, op. 74
Zyczenie (Le souhait)
Wiosna (Le printemps)
Smutna rzeka (Le fleuve triste)
Gdzie lubi (Où elle aime)
Precz z moich oczu (Fuis mon regard)
Posel (Le messager)
Sliczny chlopiec (Le beau garçon)
Melodia (Mélodie)
Wojak (Le guerrier)
Dwojaki koniec (Double destinée)
Moja pieszczotka (Ma bien-aimée)
Nie ma czego trzeba (Il manque le nécessaire)
Pierscien (L’anneau)
Narzeczony (Le Fiancé)
Piosnka litewska (Chanson lituanienne)
Leci liscie z drzewa (Les feuilles tombent de l’arbre)
Czary (Les sortilèges)
Dumka
    Anna Haase, soprano
    Lucius Rühl, piano
(Enregistré en octobre 2006)

CD 15 (80:20) : Musique de chambre
Sonate pour violoncelle & piano en sol mineur, op. 65
Grand Duo sur des thèmes de Robert Le Diable de Meyerbeer, pour violoncelle & piano en mi majeur, KK IIB n° 1
Introduction et Polonaise brillante pour violoncelle & piano en ut majeur, op. 3
Trio pour piano, violon, violoncelle, op. 8
    Vittorio Ceccanti, violoncelle
    Duccio Ceccanti, violon
    Simone Gragnani, piano
(Enregistré en septembre 2006 à la Salle Fazioli à Sacile en Italie)

CD 16 (68:27) : Préludes - Œuvres pour piano & orchestre
Préludes, op. 28 *
N° 1 en ut majeur (Agitato) - N° 2 en la mineur (Lento) - N° 3 en sol majeur (Vivace) - N° 4 en mi mineur (Largo) - N° 5 en ré majeur (Allegro molto) - N° 6 en si mineur (Lento assai) - N° 7 en la majeur (Andantino) - N° 8 en fa dièse mineur (Molto agitato) - N° 9 en mi majeur (Largo) - N° 10 en ut dièse mineur (Allegro molto) - N° 11 en si majeur (Vivace) - N° 12 en sol dièse mineur (Presto) - N° 13 en fa dièse majeur (Lento) - N° 14 en mi bémol mineur (Allegro) - N° 15 en ré bémol majeur (Sostenuto) - N° 16 en si bémol mineur (Presto con fuoco) - N° 17 en la bémol majeur (Allegretto) - N° 18 en fa mineur (Allegro molto) - N° 19 en mi bémol majeur (Vivace) - N° 20 en ut mineur (Largo) - N° 21 en si bémol majeur (Cantabile) - N° 22 en sol mineur (Molto agitato) - N° 23 en fa majeur (Moderato) - N° 24 en ré mineur (Allegro appassionato)
Fantaisie sur des airs polonais pour piano & orchestre en la majeur, op. 13 **
Krakowiak pour piano & orchestre en fa majeur, op. 14 *
    * Bella Davidovich, piano
(Enregistré en 1979)
    ** Misha Dichter (né en 1945), piano - Philharmonia Orchestra, direction Sir Neville Marriner
(Enregistré en 1984)
     London Symphony Orchestra, direction Sir Neville Marriner (Krakowiak)
(Enregistré en 1982)

CD 17 (63:05) : Concertos pour piano & orchestre
N° 1 en mi mineur, op. 11
N° 2 en fa mineur, op. 21
    Evgeny (Evgueni) Kissin (né en 1971), piano
    Orchestre Philharmonique de Moscou, direction Dimitri Kitaenko
(Enregistré en mars 1984)


CD 18 à CD 30 : Collection historique

CD 18 (77:30) : Solomon (1902-1988) - Dinu Lipatti (1917-1950)
Fantaisie en fa mineur, op. 49 *
Nocturne n° 1 en si bémol mineur, op. 9/1 *
Scherzo n° 2 en si bémol majeur, op. 31 *
Etudes : Op. 10 n° 9 en fa mineur - Op. 25 : n° 2 en fa mineur - n° 3 en fa majeur **
Nocturne en ré bémol majeur, op. 27 n° 2 **
Berceuse en ré bémol majeur, op. 57 **
    Solomon, piano
(Enregistré en *février 1956 & en **1942/43)
Nocturne en ré bémol majeur, op. 27 n° 2
Valse en la bémol majeur, op. 34 n° 1
Sonate pour piano n° 3 en si mineur, op. 58
    Dinu Lipatti, piano
(Enregistré en 1947)

CD 19 (60:27) : Simon Barere (1896-1951)
Andante Spianato & Grande Polonaise brillante en mi bémol majeur, op. 22
Scherzo n° 3 en ut dièse mineur, op. 39
Valse en la bémol majeur, op. 42
Etudes : Op. 10 : n° 8 en fa majeur - n° 4 en ut dièse mineur - n° 5 en sol bémol majeur (2 versions)
Ballade n° 1 en sol mineur, op. 23
Impromptu n° 1 en la bémol majeur, op. 29
Fantaisie en fa mineur, op. 49
Nocturne en ré bémol majeur, op. 27 n° 2
    Simon Barere, piano
(Enregistré en "live" au Carnegie Hall à New York en 1947 & 1949)

CD 20 & CD 21 (78:17 - 76:47) : Benno Moiseiwitsch (1890-1963)
Les 4 Scherzos, op. 20, op. 31, op. 39, op. 54
Barcarolle en fa dièse majeur, op. 60
Etudes : Op. 10 : n° 4 en ut dièse mineur - n° 10 en la bémol majeur - n° 11 en mi bémol majeur - Op. 25 : n° 3 en fa majeur
Impromptu n° 1, op. 29
Polonaise n° 9, op. 71 n° 2 (2 versions)
Valse en mi mineur, op. posth.
Nocturnes : Op. 9 n° 2 - Op. 72 n° 1
Fantaisie-Impromptu, op. 66
24 Préludes, op. 28
Ballades : n° 1, op. 23 - n° 2, op. 38 - n° 3, op. 47 (2 versions) - n° 4, op. 52
(CD 20 : enregistré les 20 & 28 septembre 1949, 10 décembre 1925, 31 mars 1941, 19 & 24 janvier, 15 février & 25 mai 1927, le 11 janvier 1952 ; CD 21 : enregistré en 1948 [Préludes], en 1938, 1947 & 1939 [Ballades], en 1940 & 1943)

CD 22 (66:31) : Leopold Godowski (1870-1938)
Nocturnes : Op. 9 n° 2 - Op. 15 n° 1 & n° 2 - Op. 27 n° 1 & n° 2 - Op. 32 n° 1 - Op. 37 n° 1 & n° 2 - Op. 48 n° 2 - Op. 55 n° 1
Sonate n° 2, op. 35
(Enregistré en juin 1928 [Nocturnes] & avril 1930 [Sonate])

CD 23 (57:22) : Serge Rachmaninov (1873-1943) - Alexandre Brailowsky (1896-1976)
Sonate n° 2 en si bémol mineur "Marche Funèbre", op. 35
Valse en mi mineur, op. posthume
    Serge Rachmaninov, piano
(Enregistré en 1929)
Trois Ecossaises, op. 72
Berceuse, op. 57
Valse, op. 18
Sonate n° 3, op. 58
    Alexandre Brailowsky, piano
(Enregistré en novembre 1928)

CD 24 (73:26) : Moritz Rosenthal (1862-1946) - Vladimir Horowitz (1903-1989)
Valses : Op. 42 en la bémol majeur - Op. 64 n° 2 en ut dièse mineur
Nocturnes : Op. 9 n° 2 - Op. 27 n° 2
Etudes : Op. 25 n° 2 - Nouvelle étude n° 2 en la bémol majeur - Op. 10 n° 5 en sol bémol majeur
Mazurkas : Op. 50 n° 2 - Op. 33 : n° 2 - n° 4 - Op. 63 n° 1 - Op. 67 n° 1 - Op. 24 n° 3
Préludes, op. 28 : n° 6 - n° 3 - n° 7 - n° 13
    Moritz Rosenthal, piano
(Enregistré entre 1934 & 1937)
Etudes : Op. 10 : n° 4 en ut dièse mineur - n° 5 en sol bémol majeur - n° 8 en fa majeur - Op. 25 n° 3 en fa majeur
Mazurkas : Op. 7 n° 3 - Op. 41 n° 2 - Op. 50 n° 3
Scherzo n° 4, op. 54
    Vladimir Horowitz, piano
(Enregistré entre 1930 & 1936)

CD 25 (76:38) : Edward Kilenyi (1910-2000) - Anatole Kitain (1903-1980)
12 Etudes, op. 10
Sonate n° 2, op. 35
    Edward Kilenyi, piano
(Enregistré en 1937/39)
Ballades : n° 2, op. 38 - n° 3, op. 47
Scherzo n° 1, op. 20
Etudes : Op. 10 : n° 5 en sol bémol majeur - n° 6 en mi bémol mineur - n° 7 en ut majeur - n° 8 en fa majeur - n° 12 en ut mineur
    Anatole Kitain, piano
(Enregistré en 1936/39)

CD 26 (62:42) : Ignaz Friedman (1882-1948) - Raoul Pugno (1852-1914) - Vladimir de Pachmann (1848-1933)
Valse, op. 34 n° 1
Nocturne, op. 15 n° 2
Impromptu, op. 29
Berceuse, op. 57
    Raoul Pugno, piano
(Enregistré en 1903)
Etudes : Op. 25 n° 9 - Op. 10 n° 12 en ut mineur
Valses, op. 64 : n° 1 - n° 2
Nocturne, op. 37 n° 2
Mazurka, op. 50 n° 2
    Vladimir de Pachmann, piano
(Enregistré en 1909)
Etudes : Op. 10 : n° 5 en sol bémol majeur - n° 7 en ut majeur - n° 12 en ut mineur - Op. 25 n° 9 en sol bémol majeur
Polonaise, op. 53
Valse, op. 69 n° 1
Mazurkas : Op. 24 n° 4 - Op. 33 n° 4
Impromptu n° 2, op. 36
Nocturne, op. 55 n° 2
    Ignaz Friedman, piano
(Enregistré en 1925/1936)

CD 27 (66:01) : Alfred Cortot (1877-1962)
Sonates : n° 2, op. 35 - n° 3, op. 58
Ballades : n° 1, op. 23 - n° 2, op. 38 - n° 3, op. 47 - n° 4, op. 52
(Enregistré en 1928, 1929, 1931)

CD 28 - CD 29 - CD 30 (63:31 - 60:35 - 58:49) : Arthur Rubinstein (1887-1982)
Polonaises : Op. 26 : n° 1 & n° 2 - Op. 40 : n° 1 « Militaire » & n° 2 - Op. 44 - Op. 53 « Héroïque » - Op. 61 "Polonaise-Fantaisie"
Andante Spianato & Grande Polonaise brillante, op. 22
Mazurkas (Intégrale)
(CD 28 : enregistré en 1934/35 - CD 29 & CD 30 : en 1938/39)

À l’auditeur...

    Après le succès des coffrets consacrés à Wolfgang Amadeus Mozart et Johann Sebastian Bach, nous sommes heureux d’offrir aux amateurs cette intégrale Chopin.

    La forme de ce coffret est un peu particulière. Il présente en première partie une intégrale « moderne » des œuvres de Frédéric Chopin, pour laquelle nous avons choisi, parmi les milliers d’interprétations existantes, des pianistes très célèbres ou peu connus, qui nous semblaient apporter des éclairages intéressants, dans des répertoires pourtant tellement pourvus en milliers d’interprétations. Ce sont là des enregistrements récents ou très récents (années 1970 et suivantes), à la notable exception près d’une sonate par Emil Guilels pour laquelle nous avons choisi de présenter une version exceptionnelle, datée de 1949.

    La seconde partie de ce coffret offre une très vaste anthologie d’enregistrements anciens, dont certains remontent au début du XXe Siècle. Il s’agit d’un ensemble prodigieux d’interprétations, qui témoigne de styles et d’écoles d’interprétation de la musique de Chopin très divers.

    Nous espérons que la confrontation de ces interprétations par ces génies du piano permettra à l’amateur éclairé comme au mélomane débutant, de réaliser à quel point en matière de musique classique la « vérité », la fameuse « interprétation de référence » est une chimère – et que, bien au contraire, l’amour de la musique, l’amour des interprètes est une formidable école de la tempérance, et de la diversité !
 

Chopin




« Avec une facilité déconcertante, il savait comment diviniser les plus grands mystères de l’art – il pouvait rallier les fleurs d’un champ sans déranger la rosée ou le moindre grain de pollen. À travers l’idéal de l’art, il savait comment les façonner en étoiles, en météores comme des comètes illuminant le ciel d’Europe. Dans le cristal de sa propre harmonie, il rassemblait les larmes du peuple polonais épanchées à travers champs et les sertissait, comme le diamant, de la beauté sur le diadème de l’humanité. »
Cyprian Kamil Norwid


    Mi-français, mi-polonais, Chopin vit le jour à Żelazowa Wola, le 1er mars 1810. À Varsovie, il se forma auprès de Wojciech (Adalbert) Żwyny entre 1816 et 1822, puis avec le silésien Józef Elsner. « Je prends six heures de leçon de contrepoint strict par semaine avec Elsner, je suis les cours de Brodzinki, de Benkowski et d’autres sur des sujets ayant des rapports avec la musique. ». Durant ses dernières années d’études au Conservatoire (1826-29), Chopin donnait déjà des concerts, allait à l’opéra, tenait l’orgue à l’église et effectua de courts voyages : « des capacités stupéfiantes, un génie de la musique » selon les mots de Elsner. Il quitta Varsovie en 1830, quelques semaines avant le soulèvement de novembre.
    Onze mois plus tard, il arrivait à Paris non sans avoir connu des séjours éprouvants et sans grand succès à Vienne (« Herr Chopin, pianiste ») et à Stuttgart. « Les vents m’ont mené [ici …] Paris, c’est tout ce que l’on peut souhaiter […] Je ne sais s’il n’y a nulle part plus de pianistes qu’ici. ». Dans la capitale de Louis-Philippe, il se lia d’amitié avec Bellini, entendit John Field et Kalkbrenner, allait au concert en compagnie de Liszt et de Berlioz. Chopin devint une des voix les plus puissantes de la communauté polonaise en exil. Il parvint à mettre en place un système très lucratif de cours. « Fort et en bonne santé, il enchante toutes les femmes françaises et éveille la jalousie des Français. Il est à la mode […] De temps à autre seulement, la nostalgie du pays s’empare de lui » (Antoni Orlowski). « J’évolue dans le grand monde, au milieu d’ambassadeurs, de princes, de ministres ».
    Lors d’un séjour en Allemagne en 1834, il fut accueilli avec générosité par le cercle de Mendelssohn (« Chopin […] joue comme Paganini au violon »), Schumann et Clara Wieck l’apprécièrent tout particulièrement : « Chopin était ici […] il joue comme il compose, d’une manière tout à fait unique ». En novembre 1836, George Sand – écrivain, épouse, maîtresse, femme plus âgée, libre-penseur fumant le cigare – fit irruption dans sa vie. Elle « violemment sensuelle », lui « son génie malin, son vampire moral, sa croix » (Mickiewicz). Leur relation, embarrassante, obsessive et finalement amère, le propulsa (rapidement selon certains) à travers les années où sa santé se détériora le plus. Ils passèrent l’hiver 1838-39 à Majorque, les sept étés de 1839, 1841-46 en famille, en sa « gentilhommière » XVIIe siècle de Nohant, située entre le Bassin parisien et le Massif central.
    En avril 1848, neuf mois après avoir rompu, Chopin se rendit en Angleterre et en Ecosse. Là, il développa un nouveau cercle d’élèves et d’admirateurs, se produisit devant la Reine Victoria, Albert et le Duc de Wellington. Son moral était pourtant au plus bas. « Je me sens seul, seul, seul, bien que je sois si entouré » (septembre). « Qu’est devenu mon art ? Qu’ai-je fait de mon cœur ? Je me souviens à peine de comment on chante au pays. Ce monde disparaît devant moi » (octobre). Il donna son dernier concert à Londres, le 16 novembre, lors d’un « brillant » bal caritatif en aide aux vétérans polonais du soulèvement de novembre ; sa contribution fut ignorée de la presse. De retour à Paris, souffrant d’une tuberculose avancée, incapable de composer, il fut veillé par la vieille garde fidèle et sa sœur Ludwika. Il s’éteignit le 17 octobre 1849, vers deux heures du matin. Il avait trente-neuf ans.




« Si ce monarque du Nord puissant et autocratique, savait quel dangereux ennemi il a dans les œuvres de Chopin […] il interdirait sa musique […], canons cachés parmi les fleurs. »
Robert Schumann


    Chopin ensorcela une époque. Pour Balzac, il fut un « ange ». Pour Sand « divin ». Pour Liszt un « Dieu ». D’une personnalité secrète, artiste trop délicat, musicien d’une vision des plus profondes, d’une sonorité des plus raffinées, maître du concentré, de l’encapsulé. Sa quintessence est celle du poète des préludes, nocturnes, polonaises, mazurkas, valses, scherzos et études. Sa profondeur est celle du philosophe des ballades, fantaisies et sonates. Sa figure publique est celle du virtuose du piano et de l’orchestre. Sa face à la mode est celle du « joueur de piano » des variations et des rondos. La quintessence décida de sa vie tandis que la mode la préfaça.     Pour beaucoup, son modernisme avant-gardiste était choquant. J W Davison, The Musical World, 28 octobre 1841 :
« Monsieur Frédéric Chopin a, pour quelque raison que nous ne pouvons deviner, obtenu une énorme réputation trop souvent refusée à des compositeurs de dix fois son génie. M. Chopin n’est nullement un faiseur de lieux communs, mais il est, ce que d’aucuns penseraient être pire, un fabriquant d’extravagances parmi les plus absurdes et hyperboliques qui soient […], les œuvres de cet auteur nous suggèrent immanquablement l’image d’un écolier enthousiaste dont les réalisations ne sont guère au même niveau que son enthousiasme, qui doit être original qu’il le puisse ou non. Il y a de la gaucherie dans ses harmonies en plus de leur étrangeté affectée, une maladivité à propos de ses mélodies […], une complète ignorance de la structure […] toutes les œuvres de Chopin présentent une surface aléatoire d’hyperboles criardes et d’une cacophonie insupportable […] M. Liszt aurait dit qu’il y aurait « une aristocratie de la médiocrité en Angleterre avec, à sa tête, Sterndale Bennett ». Il aurait pu ajouter, avec bien plus de vérité, qu’il y a une aristocratie de l’hyperbole et du non-sens à Paris avec à son sommet lui-même et son ami philosophe, Chopin […] Il n’y a aucune excuse à présent pour les déliquescences de Chopin ; il est enchevêtré dans les liens ensorcelés de cette reine-enchanteresse Georges [sic] Sand, célébrée par le nombre et l’excellence tant de ses romances et que de ses amants ; néanmoins, nous nous demandons comment elle […] peut se contenter de gaspiller son existence de rêve avec une non-entité artistique comme Chopin. »
    Avec le recul du temps, ce fut un moment historique. « Le chromatisme de Chopin marque une étape de la plus grande importance [dans l’évolution …] Il est à l’avant-garde de Liszt et de Wagner et donc des atonalistes modernes, le premier compositeur à sérieusement saper le système robuste du tonalisme diatonique créé par les maîtres classiques viennois. » (Gerald Abraham, 1939). « Un compositeur du XXe siècle contraint par un coup du sort à vagabonder au XIXe » (Alan Walker, 1966). « La musique de Chopin fut conçue non pas par « hasard » mais avec une conscience aiguë de son organisation globale » – la structure située bien en amont des « éléments pittoresques » (John Rink, 1992).

Ates Orga
(Texte d'introduction, extrait du livret)
© Brilliant Classics 2006 (Texte) & © Abeille Musique 2006 (Traduction) – Reproduction interdite

  • POURQUOI LES DISQUES BRILLIANT CLASSICS SONT-ILS SI PEU COÛTEUX ?
  • Les enregistrements publiés sous le label Brilliant Classics présentent la particularité d'être publiés très souvent sous licence d'autres marques. Il s'agit d'enregistrements produits et parus précédemment sous divers labels indépendants et sélectionnés pour leur qualité et leur intérêt. Les disques Brilliant Classics peuvent de la sorte être commercialisés à un prix extrêmement bas. Leur vaste diffusion internationale autorise des réductions de coûts de gestion importants. Néanmoins, Brilliant Classics, dans le cadre de ses grandes intégrales produit aussi ses propres enregistrements, avec le concours de solistes et d'orchestre de haute qualité, et dans des conditions techniques de premier rang. Les disques Brilliant Classics offrent actuellement un rapport qualité/prix exceptionnel dont Abeille Musique a choisi de faire bénéficier ses clients.

Votre compte