• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 2 CD Classique - CDA67777
  • Johannes Brahms

    Variations (Intégrale)

En magasins : 20,33 
En direct ici : 8,10 

SOLDES : -60%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : CDA67777 0034571177779 - 2 CD 61:26 - 45:56 - DDD - Enregistré du 5 au 8 décembre 2009 à Monmouth - Notes en français, anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 7 octobre 2010
Date parution numérique : 5 octobre 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Hyperion en RSS Recevoir les nouveautés Hyperion en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo


Johannes Brahms (1833–1897)

Thème et Variations en ré mineur (d'après le deuxième mouvement du Sextuor à cordes en si bémol majeur, op. 18)
Variations et Fugue sur un thème de G. F. Händel, op. 24
Variations sur un thème original, op. 21 n° 1
Variations sur une chanson hongroise, op. 21 n° 2
Variations sur un thème de R. Schumann, op. 9
Variations sur un thème de Paganini, op. 35

Garrick Ohlsson, piano

À découvrir autour de cet album :

Documents liés

Téléchargez le livret intégral en format PDF (application/pdf : 214 Ko)

Johannes Brahms
Variations complètes pour piano



    Dans les années qui suivirent la composition de ses trois sonates, en 1851–4, Brahms concentra sa production pianistique sur des corpus de variations et des ensembles de pièces plus courtes—et, à chaque fois, ses premiers essais laissèrent éclater toute sa maîtrise de ces formes moindres. La variation était un art qu’il avait assimilé très tôt, notamment, peut-être, grâce à son professeur de piano Eduard Marxsen, lui-même prolifique pourvoyeur de variations, et il avait fini par se considérer comme une sorte de connaisseur en la matière.

     Composées en 1853 mais parues seulement huit ans plus tard, les Variations sur un lied hongrois op. 21 n° 2 sont le plus ancien (et le plus simple) ensemble de variations brahmsiennes pour piano—si l’on excepte les brefs corpus de variations sur des chants traditionnels, qui forment les mouvements lents de ses deux premières sonates pour piano. Elles reposent sur une fruste mélodie de huit mesures, rythmiquement égayée par une alternance entre 3/4 et 4/4, que Brahms emprunta probablement au Hongrois Ede Reményi, un ami violoniste avec lequel il effectua une tournée, au printemps de cette année-là.

     Il y a treize variations en tout, plus un finale : l’obstacle à la variation que constitue l’asymétrie rythmique de l’air fut peut-être ce qui attira d’abord Brahms. Ses huit premières variations conservent cette irrégularité métrique, et le thème est partout comme une sorte de cantus firmus, encore qu’il soit souvent subtilement transformé—comme dans la coloration « tzigane » de la variation 5, dont les notes répétées et les hésitations rythmiques évoquent la sonorité du cymbalum et certains passages des Rhapsodies hongroises de Liszt (d’inspiration similaire). À partir de la neuvième variation, Brahms standardise le mètre à deux temps par mesure, tout en conservant la structure à huit mesures. Mais la dernière variation s’affranchit enfin de ces limites pour se développer en un finale prolongé et toujours plus brillant, à un tempo doublé. S’ensuivent d’autres variations, et l’apogée tient dans une triomphante redite du thème hongrois.

     Indéniablement séduisantes, les Variations sur un lied hongrois sont juste prometteuses, le premier vrai chef-d'œuvre brahmsien du genre étant les Variations sur un thème de Schumann op. 9, profondément élégiaques. Leur pathos presque accablant reflète les circonstances de leur composition à Düsseldorf, non loin de la maison de Schumann, malade, en mai et en juin de 1854 (excepté les variations 10 et 11, insérées en septembre). Schumann venait d’être interné à l’asile d’aliénés de Bonn, laissant sa femme Clara, enceinte de leur septième enfant, s’occuper de leurs cinq enfants encore en vie. Brahms dédia à Clara ces variations, qu’il lui apporta une à une, à mesure qu’il les composa.

[…]

Calum Macdonald
Traduction Hyperion
© Hyperion 2010 – Reproduction interdite


Votre compte