• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572742
  • Ferdinand Ries

    Concertos pour piano (Volume 5)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572742 0747313274277 - 1 CD 78:06 - DDD - Enregistré du 12 au 14 septembre 2011 au Michael Fowler Centre, Wellington (Nouvelle-Zélande)
En vente sur ce site depuis le 15 novembre 2012
Date parution numérique : 6 novembre 2012
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Ferdinand Ries (1784-1838)

Concertos pour piano
Mi bémol majeur, op. 42
Sol mineur, op. 177

Introduction et Rondeau brillant, op. 144

Christopher Hinterhuber, piano
New Zealand Symphony Orchestra
Direction Uwe Grodd

élas pour le malheureux Ferdinand Ries, il se trouva toute sa vie dans l’ombre de son professeur, mentor, ami Beethoven – dont il fut également l’interprète, le factotum et parfois le souffre-douleur. Gageons que si le génial sourd n’avait pas vu le jour, Ries aurait occupé une place autrement importante dans le panthéon des grands musiciens ayant réalisé la jonction entre l’ère classique et le romantisme naissant. A son époque, Ries connut une gloire immense, tout autant comme pianiste que comme compositeur : on considérait sa musique comme sauvagement romantique ! L’auditeur saura se faire sa propre idée à l’écoute de son neuvième et dernier concerto (neuvième de ses concertos tous instruments confondu, huitième et dernier concerto pour piano, le premier étant pour violon) de 1832-33, déjà éloigné de Beethoven, plus proche du Schubert à venir ; surtout en comparaison avec le Second concerto (donc le premier concerto pour piano) de 1808, encore très inspiré de Weber et de Mozart et, naturellement, du grand mentor LvB.

    Plus révolutionnaire, sans doute, est son Introduction et Rondeau brillant de 1825, où Ries se laisse aller à une immense liberté de forme et de ton, comme dans une grande improvisation préfigurant Chopin dans son utilisation des ornementations pianistiques les plus échevelées – rappelons que les concertos de Chopin datent de quatre ou cinq ans après cet ouvrage : Ries a donc innové et non pas copié.

 

Votre compte