• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572675
  • Claude Debussy

    Œuvres orchestrales (Volume 7)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS LUNDI.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572675 0747313267576 - 1 CD 51:27 - DDD - Enregistré en mars 2011 et septembre/octobre 2010 à l'Auditorium de Lyon - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 10 novembre 2011
Date parution numérique : 1 novembre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Claude Debussy (1862–1918)

Fantaisie pour piano & orchestre
Première Rhapsodie pour orchestre & clarinette principale
Rhapsodie pour saxophone & orchestre (orch. J. Roger-Ducasse)
Deux Danses pour harpe & cordes
Danse sacrée - Danse profane

Jean-Yves Thibaudet, piano
Paul Meyer, clarinette
Alexandre Doisy, saxophone
Emmanuel Ceysson, harpe
Orchestre National de Lyon
Direction Jun Märkl

e septième volume consacré à Debussy par l’Orchestre National de Lyon aborde surtout des œuvres rarement jouées. La Rapsodie pour orchestre avec clarinette principale de 1910, initialement écrite pour clarinette et piano (on remarquera qu’en l’orchestrant, Debussy l’a considérée avant tout comme une œuvre d’orchestre !), reste une œuvre de circonstance, destinée à un concours du conservatoire, mais d’une belle facture qui fait honneur aux possibilités de l’instrument. Il en est un peu différemment de la Rapsodie pour saxophone et piano, commencée en 1895 pour honorer la commande d’une saxophoniste états-unienne, et sur laquelle Debussy travailla jusqu’en 1911 avant de livrer sa partition inachevée – c’est Roger-Ducasse qui en réalisa l’orchestration après la disparition du compositeur, dans un coloris peut-être plus rimsky-korsakovien (ou roger-ducasstique) que debussyste –. En 1903, le compositeur écrivait à son ami Pierre Louÿs : « Depuis quelques jours je suis : l’Homme-qui-travaille-à-une-Fantaisie-pour-saxophone-en-mi-b (dis un peu ça trois fois sans respirer). Etant donné que cette fantaisie est commandée, payée, mangée depuis plus d’un an, il me semble que je suis très en retard ? D’abord ça ne m’amusait que très peu… Le saxophone est un animal à anche dont je connais mal les habitudes. Aime-t-il la douceur romantique des clarinettes ou l’ironie un peu grossière des sarrusophones ? » On ressent le léger malaise du compositeur qui, manifestement, n’ose pas trop en faire… mais l’œuvre a le grand mérite de contribuer au trop maigre répertoire pour saxophone et orchestre.

    Bien plus aboutie, la Fantaisie pour piano et orchestre est une œuvre de jeunesse (1890) que Debussy remit vingt fois sur le métier, de sorte que la première édition de 1920 ne comportait pas les dernières modifications ; la présente version, naturellement, tient compte du dernier mot du compositeur. Le CD s’achève avec les Danses pour harpe de 1904, que l’on entend quand même assez souvent au concert. Notez qu’elle furent écrites pour un instrument qui ne se fit jamais une place au soleil, la trop compliquée harpe chromatique de Pleyel ; c’est ici une harpe « normale » qui est utilisée.

 

Votre compte