• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572666
  • Farhad Badalbeyli, piano

    Concertos azerbaïdjanais

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572666 0747313266678 - 1 CD 68:52 - DDD - Enregistré en juillet 2010 au Cadogan Hall, Londres - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 13 octobre 2011
Date parution numérique : 4 octobre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Fikret Amirov (1922-1984) - Elmira Nazirova (née en 1928)
Concerto pour piano & orchestre d'après des thèmes arabes (1957) *

Vasif Adigezalov (1935–2006)
Concerto pour piano & orchestre n° 4 (1994) **

Tofig Guliyev (1917-2000)
Gaytagi, danse pour piano & orchestre (1958/1980) *

Farhad Badalbeyli (né en 1947)
La Mer pour piano & orchestre (1977) *

Farhad Badalbeyli (né en 1947)
Shusha (2003) ***

* Farhad Badalbeyli & ** Murad Adigezalzade, piano
*** Joan Rogers, soprano
Royal Philharmonic Orchestra
Direction Dmitry Yablonsky

’auditeur conviendra aisément, à l’écoute de ces quatre concertos de compositeurs Azerbaïdjanais, écrits entre 1950 et 2000, que leurs inspirations principales se trouvent du côté de Rachmaninov et Rimsky-Korsakov, avec quelques touches jazzy à la Hollywood-Gershwin et des incursions chez Bartók pour l’emprunt aux tons populaires. Emprunts qui ne se limitent pas d’ailleurs à l’Azerbaïdjan, mais s’étendent jusqu’à la musique folklorique d’inspiration arabe, par exemple dans le Concerto sur des thèmes arabes d’Amirov – pour mémoire, les pièces d’Amirov surent trouver le chemin des plus grands interprètes, à commencer par Stokowski. Autre temps fort, le délicieux Gaytagi d’Adigezalov, une explosive miniature avec une petite surprise à la fin.

    Certes, personne n’ira affirmer que c’est là la musique la plus avant-gardiste de la seconde moitié du XXe siècle, mais ce n’est pas son propos. Il s’agit là, pour les compositeurs contemporains azerbaïdjanais, de faire honneur à leurs compatriotes en incluant une partie de leur folklore dans la musique « savante ». A ce titre, ces œuvres sont parfaitement réussies. Qui plus est, elles sont défendues par rien moins que le Royal Philharmonic, un orchestre rompu à la toutes les musiques, et auquel le style grandiose et solennel de ces œuvres sied comme un gant.

 

Votre compte