• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572631
  • Sergey Ostrovsky, violon

    Concertos russes pour violon

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572631 0747313263172 - 1 CD 64:47 - DDD - Enregistré les 1 et 2 juin 2010 à The Lighthouse, Poole, Dorset (Royaume-Uni) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 13 octobre 2011
Date parution numérique : 4 octobre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF

Jules Conus (1869-1942)
Concerto pour violon & orchestre en mi mineur (1898)

Mieczysław Weinberg (1919-1996)
Concertino pour violon & orchestre à cordes, op. 42 (1948) *

Anton Stépanovitch Arenski (1861-1906)
Concerto pour violon & orchestre en la mineur, op. 54 (1891)

* Premier enregistrement discographique

Sergey Ostrovsky, violon
Bournemouth Symphony Orchestra
Direction Thomas Sanderling

remière discographique mondiale pour le Concertino de Mieczysław Weinberg ! C’est que le malheureux compositeur n’eut guère de chance de son vivant, si ce n’est l’amitié de Chostakovitch qui prit de gros risques personnels pour faire sortir son jeune collègue des griffes de la dictature soviéto-communiste – Weinberg s’était vu taxer de nationalisme bourgeois juif en février 1953, heureusement juste avant la mort de Staline qui remit quelques pendules à l’heure et quelques pendus à leur famille. Mais sa musique souffrit toujours d’ostracisme, malgré le soutien de Guilels, Rostropovitch ou Kondrashine, et le pauvre compositeur mourut dans l’indifférence en 1996. Mais depuis sa mort, c’est la ruée sur le Weinberg ! Ses symphonies, ses opéras, sa musique de chambre, on redécouvre tout au fur et à mesure, et surprise… il fut vraiment l’un des compositeurs majeurs de son temps.

    Arenski, lui, est surtout connu comme le professeur de Scriabine et Rachmaninov ; son maître Rimski déclara, avec une pointe de méchanceté : « Dans sa jeunesse, Arenski n'a pas pu échapper à ma propre influence, puis à celle de Tchaïkovski. Il sera bien vite oublié.  » Oui, on l’a un peu négligé, mais cet enregistrement de son Concerto pour violon – très tchaïkovskien – permettra à l’auditeur de se faire sa propre religion.

    Enfin, Julius Conus fut l’un des élèves d’Arenski ; son Concerto pour violon figura au répertoire de Kreisler et de Heifetz. Ce n’est peut-être pas le concerto du siècle, mais il n’a rien à envier à ceux de Bruch ou Moszkowski ou Reger que l’on joue pourtant assez souvent. Pour la petite histoire, Conus fut le beau-père de Rachmaninov.

 

Votre compte