• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572607
  • Robert Fuchs (1847-1927)

    Sérénades n°3, 4 et 5

5 de Diapason 4 étoiles Classica
En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572607 0747313260775 - 1 CD 68:54 - DDD - Enregistré les 5 et 6 mars 2009 (n° 3), du 6 au 8 mai 2010 (n° 4) et du 10 au 12 janvier 2010 (n° 5) - Notes en anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 12 avril 2012
Date parution numérique : 3 avril 2012
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Robert Fuchs (1847–1927)

Sérénades
N° 3 en mi mineur, op. 21
N° 4 en sol mineur, op. 51
N° 5 en ré majeur, op. 53

Orchestre de chambre de Cologne
Direction Christian Ludwig


« Robert Fuchs, connais pas ?  » Votre serviteur non plus, rassurez-vous… Ce contemporain de d’Indy ou de Janáček (cela pour le situer sur la carte, ne voyez strictement aucune filiation) fut pourtant un personnage de la première importance pour Enesco, Mahler, Hugo Wolf, Sibelius ou Zemlinsky – dont il fut le professeur. Brahms, grand champion de la musique de son jeune ami, en soulignait l’intense quiétude, la générosité de conception, la finesse d’écriture, ce qui n’est quand même pas rien. Nous suggérons donc à l’aimable mélomane d’écouter cette musique comme si elle annonçait tous ces grands noms, comme le socle sans lequel ils n’auraient peut-être jamais pu se hisser au panthéon. D’autant que, au détour de bien des passages de ces œuvres de Fuchs, on croira entendre telle chose de Sibelius, de Mahler, de Wolf, lors qu’il les précède d’une ou deux générations… juste retour des choses.

    Ce sont les Sérénades n°4 et 5, des années 1895, qui retiendront le plus votre attention, avec leurs moments de modernité tranquille, entre Strauss (Johann) et Strauss (Richard), d’exubérance centre-européenne à la hongroise, et de grandiose ampleur annonçant les grandes partitions d’avant la Première guerre. Et on comprend aussi pourquoi, après cette guerre, la musique de Fuchs devait tomber dans l’oubli, avant que la passion des redécouvertes ne se saisisse de ce doux visionnaire.

    Les Sérénades n° 1 et 2 ont reçu un Choc de Classica.

 

Votre compte