• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572597
  • Arnold Bax

    Winter Legends

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572597 0747313259779 - 1 CD 56:13 - DDD - Enregistré les 21 et 22 juin 2010 - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 14 avril 2011
Date parution numérique : 5 avril 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Arnold Bax (1883–1953)

Winter Legends
Morning Song, "Maytime in Sussex"
Saga Fragment


Ashley Wass, piano
Orchestre Symphonique de Bournemouth
Direction James Judd

es trois œuvres de Bax, dont Winter Tales de 1930 est l’un des grands chefs-d’œuvre, furent toutes écrites pour sa jeune amie – doux euphémisme –, la célèbre pianiste Harriet Cohen, l’une des principales muses de l’Angleterre de l’Entre-deux-guerres : son cercle d’amis (et plus si affinités, pour certains) comprenait le Premier ministre d’alors, Vaughan Williams, Elgar, H. G. Wells, D. H. Lawrence, Walton, Shaw, Einstein, Eleanor Roosevelt etc. On ne peut pas dire que Winter Tales est un véritable concerto pour piano ; « symphonie concertante avec piano » serait plus approprié. L’orchestration luxuriante n’est pas sans évoquer celle de Ravel, les harmonies rappellent parfois le modalisme de Bartók et parfois les tapis sonores de Sibelius, tandis que Prokofiev et Stravinski pointent le bout de leur nez dans les tournures plus « motoriques », bref, c’est du Bax, et du meilleur qui plus est. Dommage que ce magnifique bout de musique ne figure pas plus souvent aux répertoires des pianistes célèbres, voire bons, qui préfèrent hélas moudre les habituelles rengaines.

    Morning Song de 1947 appartient à la dernière maturité de Bax ; l’œuvre, conçue pour piano et petit ensemble, déborde d’élégance, ensoleillement. Tout trahit la pièce descriptive et aristocratique – et justement, elle fut écrite pour la future reine Elisabeth II. Enfin, Saga Fragment n’est pas un fragment retrouvé, comme on pourrait le croire, mais une orchestration de Bax lui-même réalisée à partir de son propre quatuor avec piano. Une pièce plus âpre, vraiment typique de l’Entre-deux-guerres, avec quelques accents russes – Bax a fricoté avec une demoiselle ukrainienne quelque temps, beaucoup voyagé dans l’Europe de l’Est, et récolté bien des matériaux musicaux lors de ces virées.

 

Votre compte