• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572523
  • Ferruccio Busoni

    Concerto pour piano, op.39

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572523 0747313252374 - 1 CD 79:50 - DDD - Enregistré les 8 et 9 mars 2009 à Rome - Notes en anglais et italien
En vente sur ce site depuis le 13 octobre 2011
Date parution numérique : 4 octobre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Ferruccio Busoni (1866-1924)

Concerto pour piano & orchestre, op. 39

Roberto Cappello, piano
Chœur Luca Marenzio
Orchestre Symphonique de Rome
Direction Francesco La Vecchia

oilà sans doute le plus long concerto pour piano du répertoire : une heure et vingt minutes ! Certes, le terme de « répertoire » ne s’applique guère, si l’on considère que le Concerto de Busoni n’est pratiquement jamais joué. Busoni l’a lui-même créé en 1904, puis son élève Egon Petri l’a repris en 1909. Ensuite… rien jusqu’à 1958 avec John Ogdon, puis quelques rares présentations de-ci, de là. Cinq mouvements, le troisième (25 minutes à lui tout seul) en trois parties, le dernier avec un chœur qui chante une hymne à la gloire d’Allah (si, si !), voilà de quoi dérouter le mélomane le plus aguerri, mais force est de constater que Busoni a réussi là un étonnant tour de force.

    Plus qu’un simple concerto, c’est là une sorte de somme de tout l’art de Busoni, autant en tant que pianiste qu’en tant que compositeur, orchestrateur et architecte. L’ouvrage emprunte autant à la tradition postromantique austro-germanique qu’à l’art mélodique à l’italienne, à la pompe wagnérienne qu’à la virtuosité lisztienne ; on pourrait le comparer à une Tour de Babel musicale, ou encore le mettre en parallèle avec cet ouvrage que Scriabine avait à l’esprit avant de disparaître : une symphonie gigantesque débutant au pied de l’Himalaya et s’achevant avec la fin du Monde ! Heureusement, Busoni a terminé son concerto sans exiger Armageddon !

 

Votre compte