• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572497
  • John Ireland

    Sonates pour violon n°1 & 2 - Sonate pour violoncelle

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572497 0747313249770 - 1 CD 79:05 - DDD - Enregistré du 19 au 21 octobre 2009 à Champs Hill, West Sussex (Royaume-Uni) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 26 août 2010
Date parution numérique : 3 août 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


John Ireland (1879–1962)

Sonate pour violon & piano n° 1 en ré mineur
Sonate pour violon & piano n° 2 en la mineur
Sonate pour violoncelle & piano en sol mineur

Lucy Gould, violon
Alice Neary, violoncelle
Benjamin Frith, piano

i le terme « impressionnisme anglais » peut s’appliquer à un compositeur particulier, c’est bien John Ireland. Nourri au biberon beethovenien et brahmsien, il n’en a pas moins rapidement cherché l’influence française de Debussy puis de Ravel. Cela dit, la Première sonate pour violon et piano, écrite en 1911, trahit encore l’incidence germanique – quand bien même on y découvre quelques tournures plus parisiennes de temps en temps. En 1917, par contre, il achève sa Seconde sonate, un ouvrage autrement moderne (et parfois fort debussyste), dont la violence évoque sans doute les tragiques événements qui déchirent alors la planète. Ce fut un succès immédiat et durable, à la suite duquel Ireland se retrouva subitement célèbre.

    En 1923 suivit la sombre et romantique Sonate pour violoncelle et piano, conçue pour la violoncelliste Béatrice Harrison, dédicataire entre autre du Concerto d’Elgar. Ireland y quitte le monde parfumé du debussysme anglais pour aborder celui, plus charpenté, d’un English Ravel avec ses longues phrases et ses implacables harmonies. Mais attention, il n’est pas dans notre intention de dépeindre le compositeur britannique comme un épigone de l’un ou de l’autre : sa musique reste totalement personnelle, incomparable, et si Ireland n’occupe pas de nos jours la place qu’il mérite, c’est qu’il se détourna rapidement des apports, des évolutions – et des excès – des modernismes ultérieurs : dodécaphonismes, atonalité, avant-garde etc. Refusant de quitter sa propre voie, il finit par se retrouver isolé dans un monde trop ancien, et ce n’est qu’un demi-siècle après sa mort qu’on commence enfin à considérer sa musique comme ce qu’elle est, intrinsèquement, plutôt que de l’adosser bien inutilement aux autres productions de la même époque. Autre raison de son éclipse, sans doute l’arrivée du génie que fut Britten – qui estima d’ailleurs que son maître Ireland ne lui avait rien apporté… pas le genre de remarque très aimable.

    Et à ce titre, ce sont de magnifiques œuvres, irrésistiblement construites et menées, bourrées de thèmes mémorables et de virtuosités en tout genre.

 

Votre compte