• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572461
  • Dimitri Chostakovitch

    Symphonie n°10

Diapason d'or Qualité Studio Master Garantie
En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572461 0747313246175 - 1 CD 52:11 - DDD - Enregistré les 11 et 12 septembre 2009 au Philharmonic Hall de Liverpool - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 25 novembre 2010
Date parution numérique : 2 novembre 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Dimitri Chostakovitch (1906-1975)

Symphonie n° 10 en mi mineur, op. 93 (1953)

Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
Direction Vasily Petrenko

lors que la dictature soviétique post-stalinienne débattait encore quant à savoir si la Dixième de Chostakovitch (créée en décembre 53, quelques mois après la disparition du Petit Père des Peuples) suivait bien la doctrine du réalisme socialiste, la planète entière se saisissait déjà de l’œuvre pour la placer définitivement au firmament des grandes œuvres du milieu du XXe siècle : New York en 54, Londres, Leipzig et Prague peu après. Il faut avouer que pour les sicaires du Parti, la Dixième fut un vrai casse-tête car, dénuée de tout programme décelable, elle n’entrait dans aucune case. Volkov, dans sa biographie très controversée de Chostakovitch, voyait dans le terrifiant Scherzo un portrait de Staline : libre à chacun d’y reconnaître qui bon lui semblera.

    Les seuls éléments réellement reconnaissables sont d’une part le thème-signature du compositeur, ré-mi bémol-do-si, représentant en notation allemande D(imitri)-SCH(ostakovitch), et le motif mi-la-mi-ré-mi, reprenant le prénom Elmira, une jeune élève dont il était tombé amoureux – en le transposant d’une quarte, peut-être pour que Madame Chosta ne s’aperçoive de rien !

    Trop rarement jouée, cette fabuleuse œuvre mérite réellement de rejoindre la Cinquième, la Septième ou la Huitième au grand panthéon du compositeur.

 

Votre compte