• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572415
  • Alfredo Casella

    Symphonie n°3

4 étoiles Classica
En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572415 0747313241576 - 1 CD 62:12 - DDD - Enregistré en juillet 2008 (Symphonie n° 3) et en octobre 2010 (Elegia eroica) à Rome - Notes en anglais et italien
En vente sur ce site depuis le 16 juin 2011
Date parution numérique : 7 juin 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Alfredo Casella (1883-1947)

Symphonie n° 3, op. 63 (1939–40)
Elegia eroica, op. 29 (1916)

Orchestre Symphonique de Rome
Direction Francesco La Vecchia

vec sa Troisième et dernière symphonie, écrite en 39-40 et créée par son commanditaire, l’Orchestre de Chicago, Casella signe une œuvre sombre, ample, à la fois très moderne dans ses accents à la Prokofiev, Chostakovitch et Hindemith, et rétrograde avec ses évidentes références à Mahler, le grand amour musical de Casella. C’est dans le scherzo qu’il fait preuve de la plus violente révolte – aurait-il par hasard entendu la Cinquième de Chostakovitch, écrite à la même époque et dont quelques 78-tours avaient déjà passé la frontière ? –, tandis que le second évoque les plus amples et déchirantes lignes de Mahler… Cela dit, il s’agit d’une musique puissamment personnelle, dans laquelle les influences sont pleinement assumées, mais toujours intégrées dans ce langage symphonique italien de l’Entre-deux-guerres si reconnaissable.

    Beaucoup plus tôt dans le siècle, en 1916, Casella avait écrit sa terrible Elégie héroïque, un intense moment d’horreur et de violence dans lequel on sent que Casella a pleinement intégré le Sacre, tout en s’inscrivant dans un cadre plus harmonique et tonal que Stravinski. Et pourtant, la création de l’œuvre fut un scandale : on accusa même le compositeur d’être anti-italien ! Il faut dire qu’à la même époque, Puccini déroulait, pour le plus grand délice des foules, les lignes outrageusement sucrées de Suor Angelica, du Tabarro et de Gianni Schicchi, à des années-lumière des explosions barbares de Casella. Cette Elégie héroïque est un grand moment de musique moderne à découvrir sans perdre un instant.

 

Votre compte