• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572377
  • Ludwig van Beethoven

    Trios à cordes (Volume 2)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572377 0747313237777 - 1 CD 73:41 - DDD - Enregistré en avril et juillet 2008 à Diosd en Hongrie - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 27 janvier 2011
Date parution numérique : 1 décembre 2009
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Ludwig van Beethoven (1770–1827)

Trios pour violon, alto & violoncelle, op. 9
N° 1 en sol majeur
N° 2 en ré majer
N° 3 en ut mineur

Membres du Quatuor Kodály
(Attila Falvay, violon - Gyorgy Eder, violoncelle - Janos Fejervari, alto)

u premier Mécène de sa Muse, la meilleure de ses œuvres », ainsi Beethoven dédicaça-t-il (en français) ses Trios à cordes Op. 9 de 1797 et 98 ; soit qu’il en ait pensé beaucoup de bien, soit qu’il ait pensé beaucoup de bien des sous de son mécène, soit les-deux-mon-géréral… Il faut bien dire que les deux premiers trios de l’opus rallument, certes déjà de manière fort beethovenienne, un flambeau encore haydnien, mais le troisième et dernier s’échappe vers les nouveaux horizons harmoniques et thématiques qui seront désormais les siens. Sans doute pourrait-on y voir un laboratoire d’essais pour les grands quatuors à venir ; les trois instruments à cordes sont traités sur un pied d’égalité – on est loin des trios hérités de l’époque galante, où un violon cuicuite d’aimables fadaises sur l’accompagnement ploum-ploum de l’alto et du violoncelle –, ce qui destine d’emblée cette musique à un public restreint de très grands amateurs.

    On peut donc considérer ces œuvres non seulement comme des tremplins vers les grandes lumières ultérieures, mais déjà d’étonnantes réussites en soi, qui si elles avaient été de la main de n’importe quel compositeur anonyme, auraient été considérées comme de superbes chefs-d’œuvre, les redécouvertes du millénaire...

 

Votre compte