• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572373
  • Bohuslav Martinu

    Concertos pour piano (Volume 2)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572373 0747313237371 - 1 CD 74:45 - DDD - Enregistré du 28 au 31 mai 2009 à la Maison des Arts de Zlin (République tchèque) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 25 novembre 2010
Date parution numérique : 2 novembre 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Bohuslav Martinů (1890–1959)

Concertos pour piano & orchestre
N° 1 en ré majeur, H 149
N° 2, H 237
N° 4, H 358 "Incantation"

Giorgio Koukl, piano
Orchestre Philharmonique Bohuslav Martinů de Zlin
Direction Arthur Fagen

rois concertos pour piano de Martinů, trois époques, trois pays de genèse, trois styles radicalement divergents, et pourtant un seul et même langage immédiatement reconnaissable. Le Premier, de 1925, fut écrit et Tchécoslovaquie (même si le compositeur vivait déjà à Paris depuis deux années), dans la veine la plus aimable, la plus tchèque, la plus claire, même si l’on peut éventuellement y voir quelques éléments à la Prokofiev. Le Second est la gloire de Malakoff près de Paris, où Martinů résidait en cette année 1934 ; l’orchestration, plus fournie, plus brillante aussi, témoigne de l’évidente évolution du musicien qui a définitivement trouvé « sa sonorité ».

    Bien plus âpre, le Quatrième concerto de 1956, composé et créé à New York, représente l’ultime maturité, la grande architecture libre et pourtant implacable d’un ouvrage dans lequel piano et orchestre dialoguent sur un pied d’égalité. Le sous-titre Incantations, donné par Martinů lui-même, évoque sans doute l’atmosphère mystérieuse et inquiétante qui se dégage de chaque moment de la partition. On remarquera les nombreuses raretés sonores inventées par Martinů qui, mine de rien, est sérieusement à l’écoute de l’avant-garde de son temps.

 

Votre compte