• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572307
  • Franz Benda (1709–1786)

    Sonates pour violon

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572307 0747313230778 - 1 CD 72:29 - DDD - Enregistré du 26 au 28 mai 2010 à Schuttbau, Rügheim (Allemagne) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 13 octobre 2011
Date parution numérique : 4 octobre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Franz Benda (1709–1786)

Sonates pour violon
N° 10 en fa mineur
N° 14 en mi bémol majeur
N° 23 en ut mineur
N° 32 en mi majeur
N° 28 en fa majeur

Hans-Joachim Berg, violon baroque
Naoko Akutagawa, clavecin


a caractéristique principale de cet enregistrement est qu’il présente les Sonates pour violon et continuo de Franz Benda telles qu’il les ornementait lui-même ; en d’autres termes, le compositeur avait noté toutes ses improvisations ex tempore en plus des simples notes de base. Pour les musicologues – et les interprètes – c’est là un témoignage unique et précieux sur l’art de réellement jouer le violon en cette première moitié du XVIIIe siècle, la fin de l’époque baroque. Car les traités, les textes explicatifs, c’est très bien, mais cela ne vaut pas la pratique. A ce titre, les Sonates de Benda sont l’équivalent d’un enregistrement sur le vif.

    Le violoniste Hans-Joachim Berg joue un violon de 1735 resté dans son jus, signé Sebastian Klotz : c’est l’Ecole allemande bavaroise, qui a produit des violons au son aérien et argenté, loin de la sonorité brillante des violons italiens de l’Ecole de Crémone. Pour ce genre de musique éthérée et intime, voilà l’instrument idéal, exactement ce qui devait se jouer à la cour de Frédéric II de Prusse à l’époque où Benda y fut employé, de 1732 à sa propre mort en 1786 – il précéda le despote éclairé de quelques mois dans la tombe.

 

Votre compte