• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572299
  • Ferdinand Ries

    Sonates et Sonatines pour piano (Volume 4)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572299 0747313229970 - 1 CD 58:45 - DDD - Enregistré le 28 décembre 2008 à la Beethoven-Saal de Hanovre - Notes en anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 16 décembre 2010
Date parution numérique : 1 mars 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Ferdinand Ries (1784-1838)

Sonates pour piano
Ré majeur, op. 9 n° 1
La majeur, op. 141

Susan Kagan, piano

l’ombre de son ami et mentor Beethoven, le pauvre Ferdinand Ries – qui fut également son secrétaire, son copiste, son souffre-douleur puis son biographe – n’avait aucune chance de se faire une véritable place au soleil de la postérité… De son vivant, on le voyait pourtant comme un romantique sauvage, et Schumann loua sa « remarquable originalité » : l’auditeur moderne saura-t-il se détacher de l’évidente influence de Ludwig van, pour découvrir qu’à son tour, Ries a pu servir de modèle à Schubert, Schumann, Weber ou Chopin ?

    Entre la Sonate Op. 9/1, écrite en 1807 à Paris, et l’Op. 141 (1825), on peut mesurer l’abîme : la première, haydno-beethovenienne, se situe à mille lieues de la seconde, dont l’on peut à chaque page déceler l’évidente parenté avec Chopin, en particulier dans le dernier mouvement et ses accents à la polonaise ; et avec le premier Schumann. Mais en 1825, Chopin et Schumann n’avaient que 15 ans… cherchez l’œuf, cherchez la poule ! Il est donc grand temps de rendre à Ries sa place légitime parmi les compositeurs qui ont sérieusement compté en ce début de XIXe siècle. Si Schumann ne s’y est pas trompé, le mélomane d’aujourd’hui pourrait bien lui emboîter le pas.

 

Votre compte