• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572280
  • Mieczyslaw Weinberg

    Musique pour violoncelle seul (Volume 1)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572280 0747313228072 - 1 CD 57:32 - DDD - Enregistré les 8 et 9 juin 1996 à New York - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 16 décembre 2010
Date parution numérique : 7 décembre 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Mieczyslaw Weinberg (1919-1996)

24 Préludes, op. 100 (1969)
Sonate pour violoncelle seul n° 1, op. 72 (1960)

Josef Feigelson, violoncelle

ourquoi les 24 Préludes pour violoncelle solo de Weinberg, dédiés à Rostropovitch qui en avait lui-même suggérés la genèse au compositeur, n’ont-ils jamais été joués par le célèbre soliste ? De sombres affaires politiques, de fierté, d’opportunité… Toujours est-il que l’ouvrage, publié dès 1975, ne fut créé qu’en 1995, par le présent Josef Feigelson. Weinberg a conçu un ouvrage dans la lignée des Préludes et Fugues de Bach, mais aussi des Préludes de Chopin et ceux de Chostakovitch : ce n’est pas exactement un cycle, mais les tonalités s’enchaînent selon une implacable logique, tandis que les caractères s’opposent d’un prélude à l’autre de manière à former un tout cohérent. Chostakovitch, l’ami et le mentor de Weinberg, n’est jamais trop loin, mais Weinberg ne lui a pas emprunté cette propension au sarcasme et à la fuite dans l’hystérie. Voilà un monument à découvrir sans tarder.

    Même remarque pour la Première sonate pour violoncelle seul de 1960, bel et bien créée par son dédicataire Rostropovitch ; on y découvrira une musique sombre, nostalgique mais désespérée, avec quelques discrets emprunts au fonds folklorique juif, mais ce serait plutôt à Mahler que l’on pourrait penser !

    Weinberg, un compositeur trop longtemps resté dans l’ombre de Chostakovitch, auquel il faut enfin restituer sa place légitime dans le concert des nations du XXe siècle.

 

Votre compte