• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572227
  • Jean Sibelius

    Symphonies n°4 & n°5

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572227 0747313222773 - 1 CD 69:44 - DDD - Enregistré en octobre 2008 (Symphonie n° 5) et en septembre 2009 (Symphonie n° 4) au Michael Fowler Centre, Wellington (Nouvelle-Zélande) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 27 janvier 2011
Date parution numérique : 4 janvier 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Jean Sibelius (1865–1957)

Symphonies
N° 4 en la mineur, op. 63
N° 5 en mi bémol majeur, op. 82

Orchestre Symphonique de Nouvelle Zélande
Direction Pietari Inkinen

ibelius lui-même voyait sa Cinquième comme une symphonie psychologique ; diable, quelle désolation dans le propos ! Certes, il affirme également y décrire les montagnes de Carélie, mais c’est là un pays avant tout semé de milliers de lacs, les « montagnes » culminent glorieusement à 400 mètres, ce qui explique sans doute l’ampleur du geste musical de Sibelius : deux largos ou adagios infinis, un court scherzo, et un rondo final qui se termine dans une lugubre désolation. En cette année 1911, tout porte donc à croire que le compositeur broyait quelque peu du noir – excès d’alcool et de tabac l’avaient gravement rendu malade, tandis que son incapacité à garder le moindre sou par-devers lui était carrément notoire –, et l’auditeur devra suivre les méandres de son esprit à travers les sombres lacs et entrelacs d’un personnage manifestement déprimé.

    Tout autre chose est la Cinquième, écrite entre 1912 et 1919 ; la période, pourtant, pourrait laisser imaginer de sinistres atmosphères : Première guerre, Révolution russe et guerre civile en Finlande, et pourtant, voilà un ouvrage sylvestre, enjoué, ouvert, bourré de thèmes mémorables qui ont fait que de toutes les symphonies de Sibelius, c’est là la plus connues au-delà des frontières nordiques.

 

Votre compte