• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572118
  • Franz Schmidt

    Symphonie n°4 - Variations sur un chant hussard

En magasins : 8,24 
En direct ici : 5,83 

SOLDES : -30%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS LUNDI.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572118 0747313211876 - 1 CD 75:02 - DDD - Enregistré en mai et juin 2009 à Malmö (Suède) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 25 novembre 2010
Date parution numérique : 1 juillet 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Franz Schmidt (1874–1939

Symphonie n° 4 en ut majeur
Variations sur un chant hussard

Orchestre Symphonique de Malmö
Direction Vassily Sinaisky

crite en 1933, la quatrième et dernière symphonie de Franz Schmidt… holààà, m’arrêterez-vous : la Quatrième de qui ? Schmidt. Franz. Jamais entendu parler, ou du moins, jamais entendu sa musique ? Normal : à une époque où il était de mise d’écrire comme Mahler et Strauss, avant la Première guerre, il s’obstinait dans la voix tracée par Brahms et Bruckner. Et à une époque plus tardive où l’on se devait de suivre les tendances modernistes de l’Entre-deux-guerres, Schmidt s’obstina dans la voix tracée par Mahler et Strauss ! Un métro de retard, diront les mauvaises langues ; un compositeur sincère et peu enclin à suivre les modes, rétorqueront les observateurs les plus avisés. Car si Schmidt n’a rien « inventé », il ne l’a jamais prétendu, préférant creuser les mines déjà entamées, dans lesquelles se trouvent encore tant de diamants à extraire. Ainsi donc sa grandiose Quatrième, un monument architectural, mériterait-elle d’apparaître à l’affiche de tous les grands orchestres de la planète. En attendant, l’auditeur disposera toujours de cet enregistrement.

    Ses Variations sur un chant de hussard, 1930, semblent plus modernes, plus lyriques aussi, dans la veine hongroise à la mode. C’est Klemens Kraus qui créa l’ouvrage avec la Philharmonie de Vienne, témoignage de la renommée du compositeur de son vivant.

 

Votre compte