• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572114
  • Franz Schubert

    Messe n°5 - Magnificat

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS LUNDI.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572114 0747313211470 - 1 CD 48:51 - DDD - Enregistré les 12 et 13 août 2009 à la Paul-Gerhardtkirche de Leipzig - Notes en anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 27 janvier 2011
Date parution numérique : 1 juin 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Franz Schubert (1797–1828)

Messe n° 5 en la bémol majeur, D 678
Magnificat en ut majeur, D 486

Trine Wilsberg Lund, soprano
Bettina Ranch, alto
Min Woo Lim, ténor
Dominik Königer, basse
Immortal Bach Ensemble
Leipziger Kammerorchester
Direction Morten Schuldt-Jensen

’est sans doute dans le but de faire valoir ses capacités de musicien d’église que Schubert présenta la Cinquième messe en la bémol majeur, mais selon toute évidence, l’employeur ne lui donna pas le poste tant espéré de vice-Kapellmeister de la chapelle impériale. Il semblerait qu’elle n’aurait pas été assez conservatrice… Pourtant, l’ouvrage fut écrit entre 1819 et 1822, révisé en 1826 pour ledit poste : on pourrait imaginer que c’est là du Schubert de la première maturité. Possible pour la première mouture, mais en 1826, le musicien a produit là un intense chef-d’œuvre d’essence symphonique et dramatique, qui a en effet pu effrayer par sa hardiesse et son ampleur harmonique, thématique et orchestrale. On est là beaucoup plus proche, dans le geste créateur, de Bruckner que de Haydn… Pourquoi diable ne joue-t-on pas plus souvent ce chef-d’œuvre de nos jours ?

    Le Magnificat D. 486, lui, date de 1816 voire 1815 : Schubert y écrit encore dans le genre choral religieux de Haydn (Joseph et Michael), dont assurément il a chanté bien des œuvres lorsqu’il était lui-même jeune choriste. Mais on aurait tort d’y voir une simple œuvre d’immaturité : Schubert a déjà à son actif quatre symphonies, peut-être même déjà la Cinquième, Le Roi des aulnes, Marguerite au rouet

 

Votre compte