• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572037
  • Camille Saint-Saëns

    Concertos pour violon

Choc de Classica 5 de Diapason
En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572037 0747313203772 - 1 CD 72:30 - DDD - Enregistré du 8 au 12 juin 2009 à Jyväskylä en Finlande - Notes en français et anglais
En vente sur ce site depuis le 25 novembre 2010
Date parution numérique : 2 novembre 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Camille Saint-Saëns (1835–1921)

Concertos pour violon & orchestre
N° 1 en la majeur, op. 20
N° 2 en ut majeur, op. 58
N° 3 en si mineur, op. 61

Fanny Clamagirand, violon
Sinfonia Finlandia de Jyväskylä
Direction Patrick Gallois

e Premier concerto Op. 20 de Saint-Saëns est, dans l’ordre de composition, le second : 1858, un an après l’officiel Second Op. 58 de 1857. Mais cet Op. 58 rencontra assez peu de succès, de sorte que le compositeur ne le fit publier que bien plus tard, ce qui explique l’anarchie de numérotation. Le Premier, Op. 20, est une œuvre singulière, en un seul mouvement d’une douzaine de minutes, très moderne de conception : soliste et orchestre dialoguent sur un pied d’égalité. Certes, on peut encore entendre l’influence de Mendelssohn sur le compositeur qui n’a alors, rappelons-le, que vingt-trois ans – on l’a déjà surnommé le Mendelssohn français ! Rien que de très normal donc, mais force est de constater que l’on reconnaît déjà la griffe du nouveau maître.

    Dédié à Sarasate – peu enthousiaste, il ne l’intégrera à son répertoire qu’une fois l’avoir entendu par Ysaÿe –, le Troisième concerto est l’œuvre d’un Saint-Saëns en pleine possession de ses moyens, riche orchestrateur, superbe architecte, qui en cette année 1880 n’a aucune concurrence à craindre. Hélas pour lui, à sa mort en 1921, Debussy et Stravinski seront passés par là et il sera considéré comme une vieille barbe. Mais c’est une autre histoire ; voici le Saint-Saëns de la gloire internationale.

 

Votre compte