• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8572027
  • Erich Wolfgang Korngold

    Mélodies (Volume 1)

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8572027 0747313202775 - 1 CD
En vente sur ce site depuis le 14 avril 2011
Date parution numérique : 1 juillet 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Erich Wolfgang Korngold (1897–1957)

Drei Lieder, op. 22
N° 1. Was Du mir bist - N° 2. Mit Dir zu schweigen - N° 3. Welt ist stille eingeschlafen
Unvergänglichkeit, op. 27
N° 1. Unvergänglichkeit I - N° 2. Das eilende Bächlein - N° 3. Das schlafende Kind - N° 4. Stärker als der Tod - N° 5. Unvergänglichkeit II
Songs of the Clown, 5 mélodies de La Nuit des rois de Shakespeare, op. 29
N° 1. Come away, Death - N° 2. O mistress mine - N° 3. Adieu, good man Devil - N° 4. Hey, Robin - N° 5. For the rain, it raineth every day
4 Lieder, op. 31
N° 1. Desdemona’s Song - N° 2. Under the greenwood tree - N° 3. Blow, blow, thou winter wind - N° 4. When birds do sing
12 Lieder, "op. 5" : So Gott und Papa will
N° 1 Das Ständchen (connu en tant que op.9 n° 3) - N° 2. Winternacht - N° 3. Das Mädchen - N° 4. Abendlandschaft - N° 5. Schneeglöckchen (connu en tant que op. 9 n° 1) - N° 6. Aussicht - N° 7. Die Sperlinge - N° 8. Nachtwanderer (connu en tant que op. 9 n° 2) - N° 9. Der Friedensbote - N° 10. Vom Berge - N° 11. Waldeinsamkeit - N° 12. Sangesmut
Sechs Einfache Lieder, op. 9 n° 4 à n° 6
N° 4. Liebesbriefchen - N° 5. Das Heldengrab am Pruth - N° 6. Sommer

4 Mélodies posthumes
Angedenken *
Vesper
Reiselied
Der Geniale

* Premier enrgeistrement

Britta Stallmeister, soprano
Uwe Schenker-Primus, baryton
Klaus Simon, piano

a majorité de ces Lieder de Korngold datent des années 1910 et 1911. En soi, l’information est triviale ; imaginons que ce compositeur serait né en 1860 comme Mahler ou 1864 comme Strauss, on y verrait des œuvres de maturité, abouties, totalement réussies, et à peine en retard de quelques années sur celles de ses contemporains. Mais… mais Korngold est né en 1897, ce sont donc là les Lieder d’un jeune garçon de treize ans. No comment… En tous les cas, il serait bien dommage de s’arrêter sur cette information, elle-même totalement triviale (quand bien même spectaculaire) ; mieux vaut écouter cette musique pour ce qu’elle est, un superbe flot d’idées neuves, originales, fluides, d’écoute aisée et pourtant d’une écriture extraordinairement ambitieuse.

    Hélas, ce malheureux Korngold, quand bien même on l’a vu comme un prodige avant et juste après la Première guerre, a dû émigrer à l’arrivée des Nazis, pour s’installer à Hollywood, le monstre dévoreur de talents, niveleur par le bas : son destin était dorénavant scellé, il serait catalogué « compositeur de musique de film », le tombeau de tant de grands de musiciens.

    Le CD comporte également quelques Lieder de la maturité, voire de l’exil : on s’étonnera qu’au fur et à mesure de son évolution, le compositeur s’éloigne de plus en plus d’un langage straussien et mahlérien pour découvrir sa propre voie, plus transparente, plus sincère sans doute, plus économe sans aucun doute, avec quelques rares allusions à la comédie musicale états-unienne et le jazz classique d’alors.

    De splendides petits bijoux, à découvrir sans tarder ; et l’on attend le volume suivant avec impatience.

 

Votre compte