• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • 1 CD Classique - 8570462
  • Sergueï Liapounov

    Concerto pour violon - Symphonie n°1

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8570462 0747313046270 - 1 CD 64:26 - DDD - Enregistré du 27 au 30 octobre 2007 au Studio 5 de la Radio-Télévision russe Kultura à Moscou - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 27 janvier 2011
Date parution numérique : 1 juillet 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Sergueï Liapounov (1859–1924)

Concerto pour violon & orchestre en ré mineur, op. 61
Symphonie n° 1 en si mineur, op. 12

Maxim Fedotov, violon
Orchestre Philharmonique russe
Direction Dmitry Yablonsky

ssis le popotin entre deux chaises – des chaises du nom de Tchaïkovski ou Rimski-Korsakov d’un côté, Prokofiev, Stravinski, Rachmaninov ou Scriabine de l’autre –, le pauvre Liapounov ne tenait pas l’ombre d’une chance de se retrouver dans le grand panthéon de la musique russe de son temps. Nous n’irons jamais affirmer qu’il représente le grand génie oublié, voire injustement négligé, du répertoire, mais cela ne signifie en rien que sa musique n’est pas digne d’être écoutée. On ne va pas manger que des truffes ou du caviar, que diable, et Liapounov n’a rien non plus d’un hamburger de Restoroute réchauffé. Son œuvre, assez modeste en volume (deux symphonies, quelques poèmes symphoniques, trois concertos, des œuvres pour piano et des mélodies), comporte quelques perles telles que cette Première symphonie de 1887, et le bien plus tardif Concerto pour violon de 1915-21. La Symphonie ne manquera pas d’évoquer des accents profondément russes, y compris certains que n’aurait pas renié le premier Stravinski…

    Voilà donc une musique à découvrir, ne serait-ce que pour comprendre sur qui les grands découvreurs du début du XXe siècle se sont appuyés, souvent d’ailleurs sans dire merci à qui que ce soit.

 

Votre compte