• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Howard Hanson

    Symphonies n°4 et n°5

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : DÈS DEMAIN.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8559703 0636943970324 - 1 CD 69:44 - DDD - Enregistré en février 1990 (Symphonie n°4), mai 1992 (Symphonie n°5), janvier 1988 (Élégie à la mémoire de Serge Koussevitzki) et juin 1994 (Dies Natalis) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 8 décembre 2011
Date parution numérique : 6 décembre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Howard Hanson (1896-1981)

Symphonies
N° 4, op. 34 "Requiem" (1943)
N° 5, op. 43 "Sinfonia sacra" (1954)

Élégie à la mémoire de Serge Koussevitzki (1956)
Dies Natalis (1967)

Seattle Symphony
Direction Gerard Schwarz


a Symphonie n°4 d'Howard Hanson est une sorte de Requiem en l'honneur de son propre père, qui commence dans la turbulence pour finir dans la simplicité. La Cinquième Symphonie évoque aussi une image religieuse, sur un canevas à l'atmosphère riche, et très structuré, où l'on retrouve son admiration pour Serge Koussevitzky. Le Seattle Symphony dirigé par Gerard Schwarz apporte une nouvelle pierre à sa sensationnelle intégrale des symphonies d'Hanson.
 

Le diable en personne ne saurait nous dire pourquoi la musique de Howard Hanson n’a pas traversé l’Atlantique. Ce bonhomme, directeur de la prestigieuse Eastman School of Music (le Conservatoire fondé et financé sur les deniers personnels de Mister Eastman, propriétaire de Kodak), chef d’orchestre, compositeur plus que talentueux, présida à la vie musicale états-unienne des années 30 jusqu’à la fin de sa vie voici trente ans. Les plus grands musiciens de son époque s’arrachaient ses œuvres : Koussewitsky, Ormandy, Toscanini, Tullio Serafin, le Metropolitan Opera de New York, les orchestres de Boston, de Chicago, de New York, de Cleveland, bref, tout le monde… Hanson n’a jamais embrassé les modes avant-gardistes européennes, préférant explorer les territoires encore vierges de la tonalité, de l’atonalité « orientée  », de la polytonalité, dans la lignée tantôt de Ives, tantôt de Sibelius (l’héritage suédois de ses parents ?), tantôt de Bartók, tout en créant son monde musical très spécifique et reconnaissable.

    La Quatrième symphonie de 1943 valut au compositeur le Prix Pulitzer ; elle se présente sous forme d’un Requiem, toutefois sans intervention vocale. Dies Natalis (1967) reprend également des thèmes de chorals luthériens, mais toujours dans un langage purement orchestral. Remarque identique pour la Cinquième symphonie, Sinfonia Sacra, écrite en 1955. C’est là l’une des symphonies les plus concentrées de Hanson, les plus essentielles, sans une note en trop : un vrai grand chef-d’œuvre de l’Après-guerre. Quand diable les orchestres français inscriront-ils la musique de Hanson à leur répertoire, plutôt que de nous égrener la n-ième intégrale Mahler ou Bruckner ?

Votre compte