• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Howard Hanson (1896-1981)

    Symphonie n°2 "Romantic"

En magasins : 8,24 
En direct ici : 7,29 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8559701 0636943970126 - 1 CD 57:06 - DDD - Enregistré le 26 mai 1988 (Symphonie n°2), les 6 et 7 juin 1994 (Lux Aeterna) et les 18 et 19 mai 1992 (Mosaics) - Notes en anglais
En vente sur ce site depuis le 13 octobre 2011
Date parution numérique : 4 octobre 2011
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Naxos en RSS Recevoir les nouveautés Naxos en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo
Cliquez ici pour télécharger le catalogue Naxos 2014 au format PDF


Howard Hanson (1896-1981)

Symphonie n° 2 "Romantique" (1930)
Lux Aeterna (1923) *
Mosaics (1958)

* Susan Gulkis Assadi, alto obligé
Seattle Symphony
Direction Gerard Schwarz


e descendance scandinave, Howard Hanson est sans doute le plus nordique des compositeurs états-uniens ! Sa Seconde symphonie de 1930, Romantique, le propulsa à l’avant de la scène musicale de son pays pendant quelques décennies, même si son écriture classique lui valut sans doute le purgatoire imposé par l’avant-garde de l’Après-guerre. Il aura fallu attendre le nouveau siècle pour que le public puisse enfin se familiariser avec ce compositeur majeur américain, injustement négligé, et dont on se souvient surtout comme le vénéré directeur de l’Eastman School of Music (fondée et soutenue par le fondateur de Kodak), un poste qu’il tint pendant quarante ans, de 1924 à 64 ! A l’écoute de sa Seconde symphonie, on se prend à imaginer que ce pourrait être là l’ultime symphonie non-écrite de Sibelius, un Sibelius qui aurait voyagé en Amérique du Nord pour y collecter quelques tournures propres au jazz et à la musique de film de la très grande époque. Voilà une très belle œuvre que l’on aimerait entendre en concert en France.

    Lux Aeterna de 1923 est un « envoi » de Rome, puisque Hanson fut Prix de Rome Américain à cette époque. Bien qu’il n’ait jamais étudié avec Respighi, on croirait découvrir le fantôme de quelque légionnaire romain échappé des Pins de Rome. Ecrite pour alto et orchestre, l’œuvre fut destinée à Lionel Tertis qui ne se donna pas la peine de la jouer – une erreur qu’il commit quelques années plus tard avec le Concerto de Walton : il n’avait pas le flair, décidément ! Enfin, retour aux lumières nordiques avec Mosaics de 1957, créé par George Szell à Cleveland : une belle partition qui résume tout l’art de Hanson.

 

Votre compte