• boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
  • boutonGenresAlt
Recherche RECHERCHE AVANCEE
S'inscrire a nos lettres d'informations
  • Louis Spohr

    Quatuors à cordes (Intégrale - Volume 14)

En magasins : 11,85 
En direct ici : 10,49 

Soit une remise de 10%

Ajouter au panier
Ajouter a mes envies
EN STOCK. Départ entrepôt : CE JOUR.
 
Frais de port : 2,99 € par commande.
OFFERTS à partir de 55,00 € (en France métropolitaine).

 
Référence : 8225982 0636943598221 - 1 CD 60:28 - DDD - Enregistré entre le 15 novembre et le 20 décembre 2009 au Studio 1 la Radio et Télévision d'État Russe Kultura à Moscou - Notes en anglais et allemand
En vente sur ce site depuis le 27 janvier 2011
Date parution numérique : 1 juillet 2010
  • Pour commander par téléphone :
  • 0892 259 770 (0,34 €/mn)
  • From Outside France (only) please dial +331 49269770
    English spoken
Imprimer cette page Imprimer cette page | Envoyer à un ami Envoyer à un ami | Nouveautés Marco Polo en RSS Recevoir les nouveautés Marco Polo en RSS
Publier :   Publier sur Facebook  |   Publier sur Delicious  |   Publier sur Digg  |   Publier sur Wikio  |   Publier sur Scoopeo  |   Publier sur Blogmarks  |   Publier sur Myspace  |   Publier sur Technorati  |   Publier sur Twitter  |   Ajouter un favori Google  |   Ajouter un favori LiveMSN  |   Publier sur Yahoo


Louis Spohr (1784-1859)

Premier enregistrement

Quatuors à cordes
N° 31 en la majeur, op. 132
N° 36 en sol mineur, op. 157

Pot-pourri n° 4 en si majeur, op. 24

Quatuor à cordes Concertino de l'Orchestre Philharmonique de Moscou
(Jaroslav Krasnikov & Sofia Krasnikova, violon - Olga Zhmaeva, alto - Victor Kozodov, violoncelle)

i, de nos jours, on associe le nom de Spohr avec celui de son mentor et ami Beethoven : ce serait là le réduire au premier tiers de sa vie, alors que Spohr continua à composer jusque dans les années 1850 ! De son vivant, il fut aussi célèbre que Beethoven, mais la postérité n’a guère eu pitié de lui. A tort, sans doute : d’aucuns voient en lui « le maître oublié ». Le Quatuor n° 31 date de 1846 ; il fut donné la même année chez Mendelssohn, en présence du maître de maison mais aussi de Wagner, et il semble que les deux musiciens ne tarirent pas d’éloges pour l’ouvrage – on connaît pourtant la légendaire dureté dentaire de Wagner ! Mélismes romantiques, errements harmoniques nuageux, mais dans une construction rigoureusement contrapuntique, à l’ancienne – pourquoi pas dans une veine que n’aurait pas reniée Weber –, voilà de quoi ravir les amateurs de curiosités.

    Quant au 36e Quatuor de 1857, il représente l’ultime ouvrage du genre de Spohr, vieux maestro vénéré : une œuvre sombre, voire une sorte d’adieu à la vie, dans laquelle la tonalité finit lentement par se gommer à la faveur de chromatismes de plus en plus ardents, wagnériens presque. On comparera avec le Potpourri de 1808, aimable petite bluette de salon, sur des thèmes de Mozart.

 

Votre compte